lundi 4 août 2014

LA GRANDE TRIBU DES OULED NHAR



HISTOIRE DES OULED NHAR
La tribu d’ OULED NEHAR est l’une des tribus arabes descendante de l’Imam IDRIS fils d’IDRIS fils d’ABDELLAH ELKAMEL fils d’ELHASSAN fils d’ELMOUTHANNA fils d’ELHASSAN ELSABBAT fils d’ALI BNOU ABI TALEB et de FATIMA EL ZAHRAA fille du prophète MOHAMED que le salut soit sur lui.
Quand ELMANSOUR ELABBASSI fut tué, la succession est remise à ELHADI . A cet époque OMAR fils d’ ABDELAZIZ fils d’ABDELLAH fils d’ OMAR a tellement trahi les ALAOUITES qu’ils cessèrent de se soumettre à son autorité . Une dissidence apparut sous le leader ELHASSAN fils d’ALI fils d’EL-HASSAN fils d’ALI BNOU ABI TALEB en l’an 169 de l’hégire où il a été reconnu d’allégeance à Médine pour la succession( El- khilafa) . 11 jours après, EL-HASSAN se dirigea vers la mècque et rencontra l’armée d’EL-ABBASSID sous l’autorité de SELMANE fils d’ EL-MANSOUR qui a terrassé les ALAOUITES . Dans cette bataille, IDRIS oncle d’EL-HASSAN prit la fuite parmi les quelques survivants de BANI EL-HASSA . IDRIS s’expatria à cause de sa poursuite par les ABBASSIDES . Ainsi il s’est déguisé en serviteur de son volet RACHED, un homme judicieux, courageux et de bonne foi. Tous les deux ont pris l’évasion furtive vers l’Egypte puis vers l’Afrique du nord où ils se délassèrent à Agadir pour rejoindre Tanger. Là, IDRIS n’a pas pu réaliser son vouloir cependant il se dirigea avec son serviteur RACHED vers Wilili située à Zarhoun où il a été recueilli et exalté par le prince ISHAK fils d’ABDELLAH souverain d’ Ourouba durant six mois. Pendant son séjour, IDRIS a répandu sa vocation dans les milieux des tribus d’ Ourouba, Mghil, Saddania et d’autres tribus de Zenata. Ces tribus l’ont reconnu d’allégeance et de souverain. Et ainsi il constitua une armée avec laquelle il put conquérir la ville d’Agadir en 788 de l’ère chrétien. MOHAMED fils de KHAZR n’a pas voulu contenir IDRIS à la simple raison que IDRIS est lignée du prophète MOHAMED que le salut soit sur lui.
D’autre part RACHID ELABBASSID craignait la rupture de la succession de Bagdad au Maghreb et décida de préméditer IDRIS en l’empoisonnant dans sa propre souveraineté.
Le crime a été accompli et IDRIS fut enterré à Wilili en 177 de l’hégire. Sa femme KANZA était enceinte dans le septième mois. Deux mois plus tard , elle a eu un enfant qui prit le nom de son père IDRIS. RACHED a succédé IDRIS et adopta IDRIS II pendant dix ans. A cet age, RACHED lui attribua la souveraineté par allégeance en 186 de l’hégire. IBRAHIM fils d’ EL-AGHLEB gouverneur d’un état de la succession ABBASSIDE en Afrique a pris la nouvelle récente et ainsi il tua RACHED . ABOU KHALED fils de YAZID fut chargé de l’éducation de IDRIS II jusqu’à ce qu’il devint majeur où on lui rénova l’allégeance.
En 808, après avoir multiplier son armée, IDRIS II a fondé Fès et élargi sa majorité dans toute la région.
En 935, MOUSSA fils d’ ABI EL-AFIA a envahi Fès en exterminant les ADARISSAS. A cet époque, un ménage descendant des ADARISSAS prit la fuite vers l’Est et s’est installé à Djebel Rached situé prés de la chaîne montagneuse d’El-amour . Cette famille a propagé les principes fondamentaux de l’islam au milieu de la population locale.
Vers la fin du 13ème siècle, un homme de bonne foi apparut dans la même famille des ADARISSAS nommé MOHAMED fils d’ ABI EL-ATTAA . Cet homme engendra trois enfants.
- le premier : AISSA qui s’est rendu à Oujda entre 1339 et 1348
• le second : ALI qui s’est rendu à Ain Admira prés de Rachidia
- le troisième : ZAID ( NEHAR) , l’ancêtre de la tribu de OULED NEHAR , resta dans sa localité et engendra six enfants : ABDELLAH , AHMED, MOHAMED, YAKOUB, YOUCEF et ABDERRAHMANE et qui ont pris ce nom « OULED NEHAR » qui signifie « les fils du jour » . Leurs descendants se sont dispersés en Algérie et dans le monde arabe, au Maroc, au moyen orient et à Sakia el-hamraa ( sahara occidental) .
L’essentiel de ce mémoire d’ OULED NEHAR est les descendants des frères SIDI-YAHIA , SIDI-AHMED et SIDI-MOUSSA . A ce propos le capitaine Noël a dit : « la situation générale dans cette région avant l’arrivée de SIDI-YAHIA vécue une prétention illégitime dont la force joue le rôle de la loi et la Justice ».
A partir de la fin du 16ème siècle, la tribu d’ OULED NEHAR commençait à se développer et à s’élargir. La genèse du mot « OULED NEHAR » revient à une péripétie vécue par MOHAMED fils d’ABI EL-ATTAA et qui a été racontée par quatre écrivains.
L’événement, c’est que WASSIL fils de ZOUMARRI l’un des bandits de la steppe et de la tribu de SOUWAID profita de l’absence de MOHAMED fils d’ABI EL-ATTAA qui était à la mècque pour le pèlerinage et attaqua son campement en dérobant tous ses biens. A son retour, MOHAMED fils d’ABI EL-ATTAA a appris la nouvelle par les bergers et suit les traces de WASSIL jusqu’à ce qu’il le regagna à Oued El-louz . La bataille a été acharné et la victoire revint à MOHAMED fils d’ABI EL-ATTAA et depuis ce jour, Oued El-louz est renommé Oued NEHAR/ WASSIL. Dans le même jour de cette bataille, MOHAMED fils d’ABI EL-ATTAA engendra ZAID et lui donna un surnom « NEHAR » à l’occasion de sa victoire contre WASSIL. A ce propos Jaques Berque dit : « WASSIL fils de ZOUMARRI est un leader nomade de la tribu de SOUWAID, connu au 14ème siècle grâce à BNOU KHALDOUN. Il se déplaçait du nord de Dahra jusqu’au sud du sahara et occupait toutes ces localités de l’Algérie. Il conduisait une troupe de mille cavaliers ».
Les descendants de NEHAR sont reconnus depuis ce jour par OULED NEHAR qui signifie « les fils du jour ».
Le XVème siècle vit le Maghreb musulman entrer progressivement dans une nouvelle ère historique ; les trois Etats monarchiques traditionnels, Hafside, Mérinide et enfin Zianide, connurent à des degrés différents de graves crises : l'époque médiévale s'achevait dans une atmosphère de perturbations économique, sociale, politique et culturelle.
Cette situation allait plus tard se compliquer davantage: certains rois européens, «sous la férule de la toute puissante Eglise romaine ambitionnèrent de reprendre à leur compte de nouvelles croisades sur les terres africaines». Ce fut pour l'Empire Ottoman l'occasion d'affirmer ses devoirs historiques envers les pays de l'Occident musulman menacés. Néanmoins face aux agitations de toutes sortes résultant de la voracité des uns et des carences du Makhzèn turque, la société maghrébine finissait de mettre en place une organisation, reposant sur le mysticisme religieux, susceptible de lui redonner de nouvelles vigueurs. Dés lors le Tasawwuf prenait, au fur et à mesure de son extension, une orientation adaptée aux circonstances rencontrées.
Dans un premier temps, des confréries inspirées par des initiés, quittèrent les cités urbaines pour occuper d'abord les zones rurales, puis finirent de s'étendre à travers les grands espaces du sud du pays. Bientôt dans chaque contrée allait apparaître une zaouia avec ses écoles coraniques où des talebs soufis dispensaient, aux adultes comme aux plus jeunes, les sciences religieuses ou profanes.
Cette époque marqua ce que certains n'hésitèrent pas d'appeler «la révolution mystique» qui débordera-nous le verrons plus tard, jusqu'au littoral. A priori, des hagiographes s'étaient inspirés des légendes qu'entretenaient «les grandes tentes» afin de «nous restituer la geste historique de l'une des tribus au passé prestigieux en l'occurrence les ouled N'har!»
Rien ne nous interdit de croire que leurs ancêtres, les Bekriya, (*) remonteraient aux premiers siècles de l'Islam.
(*) Branche appelée également Seddikiya issue d'Abou Bekr le Calife du Prophète.
On dit qu'ils furent chassés de la Mecque à la suite de quelques différents d'importance, d'ordre familial ou religieux. Ils errèrent çà et là, sans buts précis, jusqu'au jour où l'un d'eux, un ami de Dieu, homme de sagesse au savoir immense, décida de se mettre à leur tête. Après une longue marche il les mèna d'abord en Ifriquiya (la Tunisie actuelle) ; ils y demeurèrent jusqu'à la fin du XIV ème siècle.
A cette époque ils quittèrent les terres Hafsides sous la conduite de leur chef spirituel Sidi Maâmar ben Alia (*) qui les installera en plein coeur du royaume Zianide sur le territoire originel des Beni Amer. (Ces derniers furent semble-t-il peu à peu refoulés jusqu'au littoral).
(*) - On rencontrera des Ben Alia au Maghreb el Aqça, plus précisément à Fes où quelques uns finirent de se distinguer. A Tlemcen, de nos jour, le tombeau du saint sidi Maâmmar Ben Alia, fort ancien du reste, constitue un lieu de recueillement pour de nombreux visiteurs. Pas loin de Djelfa, le fameux Djebel Mechentel fut le théâtre des aventures héroïques de Sidi Mohammed ben Alia, allié par sa mère aux mythiques Sahari dont les légendes animaient les veillées des Ouled Naïl !(*)
(*) - A en croire certains les Sahari seraient issus des magiciens de pharaon ayant fui devant les menaces de leur sanguinaire maître pour avoir suivis Moïse Prophète du Dieu Unique.
Parmi les descendants illustres de Sidi Maâmmar ben Alia il y eut Sidi Bousmaha ben Haya ben bou Laâla. C'était un «tûrûqui» aux allures nobles, un seigneur des ksours et des parcours sahariens reliant d'un bout à l'autre les confins de l'horizon.. De son arrière grand-père Sidi Maâmmar, il avait hérité une insatiable soif de culture et de recherche du savoir.
Un jour à la suite d'une retraite qui dura, assurait-on, pas moins de quarante nuits consacrées aux dikr et aux pratiques de dévotions, il prit une grande décision : réunissant sa nombreuse famille, ses gens, ses biens ainsi que ses troupeaux, il finit ensuite de suivre les pas de son maître Abou el-Hassan Chadely. La longue caravane qu'il commandait s'engagea sur le chemin de l'Orient pour «la siyaha rituelle des pèlerins soufis». Il s'arrêta, affirme-t-on, «dans les environs de la célèbre ville du Delta, Alexandrie berceau de la Tariqa Chadeliya». Ce fut-là qu'il mourut, laissant une descendance aussi forte que vigoureuse.
A vrai dire, l'histoire retient que lorsque Sidi Bousmaha quitta ses terres et sa patrie il y laissa le plus cher parmi ses enfants, son fils Sidi Sliman !
Celui-ci était vraisemblablement déjà marié et, de surcroît, père d'un garçon Mohammed. Elevé dans la Voie, il était nourri aux valeurs du Tasawwuf, plus précisément dans la Tariqa que suivait son noble père !
Homme de lettres réputé, Sidi Sliman fut connu pour avoir donné la pleine mesure de ses qualités de pédagogue, notamment à travers son œuvre majeure: «Cherhoun ‘alâ Moukhtaçar es-Soghra», un commentaire célèbre sur «Le petit article de foi» de l'illustre Imam Chaykh Mohammed Ben Youcef Sanouci (Abrégé par Sidi Sliman en faveur des femmes et des gens du peuple, El Bostan, p.347). Poète, il composa également des Dikr et des qaçida en l'honneur de l'Envoyé de Dieu.
De plus, veillant à perpétuer les pratiques traditionnelles de la Chadeliya, il présida les célèbres Medjlisse Dikr et Medjelisse es-Salat au sein de sa communauté.
Son second fils Sid Ahmed el-Mejdoub Bou Amar allait laisser un très grand renom de sainteté. Tandis que son troisième enfant, fut une fille devenue célèbre parmi les saintes femmes de nos contrées sous le nom de Lalla Sfiya (*) (Nous y reviendrons plus loin !)
(*) - En réalité elle se nommait Safia, comme l'une des filles du grand roi Almohade Abdelmoumène Benali, cependant tout le monde l'appelait Sfiya !
On sait que Sidi Sliman avait consacré sa vie à donner aux siens le meilleur de lui-même en offrant à chacun une éducation exemplaire. Cependant, de sa progéniture ce fut Abdelkader ben Mohammed, sans doute le plus savant de ses petits enfants, qui allait semer sur une vaste partie de l'immense Sahara, l'amour d'Allah et les valeurs irremplaçables de l'Islam.(*)
(*) - Mohammed ben Sliman eut deux garçons; «l'aîné, Brahim, un personnage sans prétention semble-t-il serait enterré à El Abiod et ses descendants résideraient à Béni Ounif ou aux environs de Bou Semghoun. Son second fils Abdelkader devenu célèbre sous le nom de sidi Cheikh naquit en 1544 de J.C. »
Bien que vivant à une «époque et dans une région où le fusil faisait loi, sidi Cheikh ne s'occupa que d'exercices de dévotions»; par la seule autorité de son nom et de son caractère, il devint l'arbitre du Sahara et, à la satisfaction de tous, il réglait selon les principes de l'équité et de la justice toutes les contestations et les différents qui surgissaient entre les nomades. Les faibles et les opprimés venaient en foule vers lui. Par ses vertus et sa piété «sidi Abdelkader ajouta encore au prestige de sa naissance; en outre il s'était toujours acquitté d'une façon édifiante des devoirs que lui imposait son titre de moqaddem des Chedeliya.- lequel lui fut attribué par l'éminent savant cheikh Mohammed ben Abderrhmane Soheili, disciple de Sid Ahmed Ben youcef el-Meliani (*)
(*) - Cheikh Md ben Abderrahmane el-kéfif Soheili avait eut parmi ses élèves le célèbre instituteur Ahmed ben Mohammed Cherif (mort en 1577) père d'Ibn Meriem l'auteur du Boustan..
«- D'après la tradition, Sidi Md Ben Abderrahmane Soheili était un aveugle originaire de Yambo (sur la mer Rouge). Après avoir reçu en Orient son affiliation à l'ordre des Chadelya, il finit de venir compléter ses études au Maghreb - Il s'était d'abord attaché à cheikh Mohammed Ben Abdeldjebbar (*)
(*) - Sidi el-Djebbar, dans la mémoire populaire des habitants de derb Sensla, naquit à Figuig et mourut à Tlemecn en 1543, Cet homme vertueux et ami de Dieu, fut également un grand poète mystique qui influença sidi Sliman Ben Bousmaha. Il compta également parmi ses disciples Ahmed ben Hadj Nemich el-Amiry et Ahmed Ghomary Tilimçani. D'une générosité proverbiale, on lui doit une Zaouia, une mosquée ainsi qu'une maison, le tout construit à Haddouche dans le Tessala, destiné aux fakih novices dans la voie soufie.
On dit qu'il fit des progrès si importants dans le Tasawwuf qu'il finit d'occuper un haut rang dans sa hiérarchie.
Sidi benAbderrahman el-kefif Soheli acheva ensuite son instruction sous la direction de cheikh Bouabdallah Chami dont il suivit les leçons dans son école à Tlemecn. Il quitta ensuite ces maîtres pour choisir de vivre dans la solitude et la retraite au djebel Sehoul du Tafilalet ; là, des bienfaiteurs l'aidèrent à bâtir un oratoire où il s'adonna à la vie contemplative, sans chercher à faire de disciples ; toutefois sa réputation était devenue déjà grande ; bien vite le nombre de ceux qui vinrent lui demander de les instruire augmenta dans de telles proportions qu'il fallut construire une imposante zaouïa ; même une ville s'éleva autour de la demeure de sidi Mohammed Ben Abderrahman lequel, dès lors, prit le nom de Soheli puis de Moulay Sehoul ; il porta finalement le titre de cheikh el-Mechayekh !
Sidi Sliman s'était toujours conformé à respecter une vieille tradition familiale consistant à associer ses enfants - et plus tard, ses petits enfants - aux rencontres qu'il réservait aux visiteurs éminents qui possédaient un savoir vaste et un raisonnement clair; au cours de ces séances Sfiya se tenait derrière ses frères, attentive jusqu'à donner l'impression de boire littéralement les paroles des cheikh qui intervenaient dans les discussions.
Parmi les savants auxquels le vieux seigneur sidi Sliman accordait autant de déférence que de considération, il y avait le moqaddem des «sehoulya», un savant d'une grande urbanité, versé dans toutes les sciences et que les enfants adoraient. Du reste, pour honorer la mémoire de sidi Bousmaha, son fils n'avait-il pas consacré un waqf, à la zaouia du Tafilalet, composé d'un important troupeau d'ovins et de caprins : pour autant que l'on sache, on ne vit jamais troupeau plus florissant que celui-là!
Disons-le tout net: Lalla Sfiya, devenue adolescente était de l'avis de tous ceux qui l'avait approchés une jeune fille d'une grande beauté. Son père l'aimait par dessus tout. Il veilla à lui donner une éducation digne de son rang. Douée d'une intelligence exceptionnelle, elle acquit très tôt, l'apprentissage du Saint Coran selon la tradition en usage dan les grandes familles.
En outre, elle bénéficiait d'un haut degré de savoir dans les sciences religieuses et profanes. Généreuse jusqu'à remplir son âme des peines et de soucis des uns et des autres pas un jour qu'elle n'offrait à ceux que la nature avait défavorisés un peu de réconfort en même temps elle leur apportait une part de sagesse afin d'illuminer le chemin des femmes et des hommes les plus tristes. Du reste, il n'était rien qu'elle ne sut faire pour partager avec les autres son immense amour d'Allah et de Son Prophète !
«- Qu'il y ait de par le monde, disait-elle, tant de pauvres créatures qui sollicitaient le secours de Dieu, cela offrait aux êtres généreux mille occasions d'entrer dans les Faveurs Divines !»
En cette aube du XVI ème siècle la notoriété de «la Princesse des ksours» s'étendait sur le nord Sahara pour finir de gagner les villes et les campagnes du Tell. A chaque fête ou cérémonie quelconque c'était Sfiya qu'on invitait la première; sa présence répandait sur ces assemblées féminines comme une atmosphère bienfaisante, de sérénité et de paix mêlées; chacune «l'aimant comme la prunelle de ses yeux» se disputait l'honneur de compter parmi ses proches ! et elle, le coeur léger et l'âme pure, savait qu'on l'appréciait pour les vertus que Dieu attribue à celles et ceux qu'Il choisit !
Tout le monde s'accordait à dire que Sfiya « était à proprement parler une merveille de la création, symbolisant, renchérissaient certains, la perfection de l'idéal féminin, tant sa grâce exquise dépassait tout ce qu'on n'aurait jamais espérer rêver. Ajoutons à ces qualités la finesse de son jugement et l'immensité de ses connaissances. A l'évidence, Allah le Tout Puissant l'avait guidé dans son infinie mansuétude sur les chemins de la sainteté depuis qu'Il l'appela à suivre la Voie de la Certitude !»
«- Or voila qu'un jour un homme se présenta devant sidi Sliman. C'tait un maître d'école réputé pour sa droiture, son honnêteté et sa piété. D'une amabilité toute naturelle et de belle prestance, il s'appelait Abderrahman Ben Moussa. Dans le respect des traditions ancestrales il sollicitait la bénédiction du noble père pour obtenir la main de sa fille es-Siyida Lalla Sfiya. Après un moment de réflexion, le vieux seigneur, remercia d'abord Dieu avant de répondre en termes mesurés au Khatib:
«- Je ne donnerai la main de ma fille pour épouse à quelqu'un que lorsque celui-ci me fournirait la confirmation attestée et reconnue de l'excellence de ses origines !»
Le jeune homme acquiesça poliment. Se pliant aux conditions formulées conformément aux usages, dans cette démarche hautement respectable qu'il venait d'entreprendre, «le futur taleb» s'appliqua à réunir toutes les preuves ainsi que les témoignages dignes de foi affirmant «l'honorabilité de son nom, de ses ascendants, ainsi que l'élévation de ses mérites personnels !»
Aussitôt, sidi Sliman ben Bousmaha jugea pleinement satisfaisantes les preuves ainsi que les attestations des témoins qui lui furent présentés. Dès lors, devant la djemaâ assemblée pour la circonstance, il accepta solennellement, suivant la formule consacrée, de donner la main de sa fille unique Lalla Sfiya pour épouse au cheikh Abderrhmane Ben Moussa.
«Sfiya et Abderrahmne formèrent un si beau couple, chantèrent les goual dans leur langage harmonieux et inspiré, que leur bonheur rayonna, par la volonté d'Allah, sur la nature et les êtres. Ils habitèrent au fameux château des Bousmaha à Sfissifa. (*).»
Sur une pierre patiemment travaillée un artiste génial avait sculpté une scène émouvante: la lutte héroïque d'un éléphant protégeant son petit contre l'attaque d'un gigantesque lion affamé ! Par son réalisme et son inimitable beauté ce tableau des premiers âges de l'humanité est considéré comme un chef d'œuvre rare de l'art rupestre algérien et universel.
Vivant dans le respect des traditions liant les grandes familles Cheikh Abderrahman ben Moussa et Lalla Sfiya eurent trois garçons: l'aîné Yahyia, le second Sid Ahmed et enfin Moussa auquel fut donné le prénom de son grand père paternel.
Assurément, nul n'osera nier que Dieu, Maître des mondes, règle, dispose et ordonne ce que nous appelons «la destinée» ; ainsi, les évènements qui nous paraissent, à première vue fortuits, constituent lorsqu'ils se conjuguent le sort - ou la fatalité de notre vie. Le musulman est celui qui «croit que la loi divine, équitable, suprême et immuable, détermine d'avance la suite et l'enchaînement de tous les évènements importants de l'existence humaine» !
Le malheur qui vint brutalement frapper Lalla Sfiya et ses enfants s'inscrivait dans cet ordre d'idées! Son époux avait l'habitude de rendre visite à ses parents à la fin de chaque automne. Or, cette année-là, il tomba malade au cours de son voyage. A peine fut-il parvenu au campement d'hiver des siens qu'il rendit l'âme au milieu de ses proches; la quarantaine à peine entamée, il finit de laisser une veuve désemparée et des orphelins inconsolables !
«- Lalla Sfiya nourrit aux valeurs de la chadelya trouva refuge en Dieu, elle se consacra aux prières et aux dévotions. Son père ainsi que ses proches parents la couvrirent de leur affection... Son mari, elle l'avait toujours aimé, et elle continuait de l'aimer encore même après sa mort, affirmaient ses amies, lesquelles lui témoignèrent leur profond attachement dans les moments de détresse qu'elle traversait !»
A l'évidence elle parvenait à puiser sa force d'âme dans les cinq principes qui guident les initiés aspirant à la Voie: Sabr, Tawwakûl, al-Yaqin, al-Azima et al-Sidq. Dans sa quête ininterrompue de bénédictions divines elle s'employait à faire preuve d'une rare énergie spirituelle. S'inspirant des principes de Cheikh Chadely, elle récitait souvent les paroles du maître:
«- Ô^Dieu tire pour nous les trésors de ta clémence et soutiens-nous généreusement par leur moyen, en nous conservant sains et saufs dans notre foi, dans ce monde et dans l'autre, car tu peux toute chose, ( Hizb el-Bahr, l'Oraison de la mer !)
De surcroît, «à ses enfants, comme du reste à son entourage, elle saisissait la moindre opportunité pour leur rappeler que son professeur, le cheikh Mohammed ben Abderrahman el-kefif Seholi lui faisait apprendre les préceptes contenus dans les paroles du père fondateur de la tariqa»:
«- Celui qui désire la gloire dans ce monde et dans l'autre, doit entrer dans une voie. Il rejette alors de son coeur tout ce qui n'est pas Dieu, ne cherche que Dieu, n'aime que Dieu, ne craint que Dieu et n'agit qu'en vue de Dieu ! »
Après la mort de leur père ce fut sidi Sliman qui se chargea de l'éducation de ses petits enfants, aidé dans sa tâche par les frères de Lalla Sfiya, sidi Mohammed et sid Ahmed el Mejdoub, «de sorte que les trois orphelins allaient vivre dans une atmosphère où baignaient le savoir et la science car leur grand père et leur mère, tout comme leurs deux oncles maternels avaient édifié leur notoriété sur leur haut degré de connaissance.. Ces derniers traitèrent leurs neveux avec les mêmes égards qu'ils accordaient à leurs propres fils.(*)
(*) - Dans le ksar familial les enfants de feu Abderrahman ben Moussa étaient appelés «Ouled Sfiya » par respect et considération pour leur mère !
Les ben Sfiya (Yahia, Ahmed et Moussa) finirent d'acquérir les «fondements de la Voie soufie; partageant avec leurs cousins chaque moment de leur existence, rien ne pouvait les distinguer les uns des autres. Les hagiographes mettent l'accent sur le destin hautement singulier de la descendance du patriarche Sidi Sliman ben Bousmaha, regardé comme une vraie bénédiction, favorisé par Dieu ; en effet, parmi ses enfants ainsi que ses petits enfants, il y eut de nombreux amis d'Allah, certains reposaient de leur sommeil éternel dans la paix des sanctuaires ou des qoubba, d'autres dans des zaouia à travers la vaste terre du Créateur Suprême !
En dépit de son âge avancé, sidi Sliman avait gardé l'habitude de parcourir ce pays de son enfance, situé entre Figuig et Beni Ounif, qu'il affectionnait tant. Sous prétexte de visiter ses troupeaux, ses pasteurs et leurs familles: «J'aimais, en réalité, retrouver la profondeur des grands espaces, là où mes dévotions, mes dikr et mes prières, disait-il, m'élevaient jusqu'à ce que mes battements de coeur et mon souffle, ma raison et ma certitude me fassent sentir, à chaque instant, de plus en plus proche d'Allah ! » Ainsi lorsque sidi Sliman ben Boumaha rejoignit sa dernière demeure, il fut enterré dans la zaouia de Beni Ounif ; son tombeau, une magnifique qoubba, se trouve à el-Arba Tahtani. De nombreux pèlerins y viennent pour de pieuses visites ! Son fils aîné, Mohammed s'était fixé à Chellala Dahrania où est son tombeau autour duquel habitent de nos jours encore plusieurs de ses descendants.
Son second enfant, Sidi Ahmed el-Mejdoub mourut à Asla où on lui édifia une belle qoubba ; cependant son tombeau est prés de celui de son frère à Chellala Dahrania également ; bien évidemment, il est l'ancêtre do Ouled Sid Ahmed El-Mejdoub !
Lorsque, d'une façon méthodique, nous suivons, l'un après l'autre, les évènements importants de la vie de nos grandes tribus nous rejoignons les historiens qui jugent l'aube du XVII ème siècle comme un moment essentiel dans la progression du mysticisme issu de la^philosophie d'Abou el-Hassan Chadely ! On considère généralement l'année 1615, date de la mort de Sidi Abdelkader ben Sliman ben Bousmaha es-Seddiki; cousin maternel des Ben Sfiya, et fondateur de la Zaouia des Ouled Sdi Cheilh comme marquant la création de la Tariqa el Bouchilhiya !
A l'instar de son grand père, Sidi Cheilh fut lui aussi un fameux poète, auteur de nombreuses qaçida nabaouia notamment la célèbre « El Yaqouta » écrite en l'honneur du Prophète Mohammed. Il mourut âg é de 84 ans lunaires laissant 18 enfants !
A partir de la seconde moitié du XVII ème siècle la réputation des Ouled Sidi Cheikh allait grandir jusqu'à finir de s'étendre sur tout le territoire du Sud Ouest Oranais pour couvrir une aire géographique considérable englobant pratiquement tout le nord de cette partie du Sahara, d'El Bayadh à Beni Methar ainsi que l'Est Marocain. Du reste les chroniqueurs locaux affirmaient que la zone d'influence de la confrérie des Ouled Sidi Cheikh-Ouled N'Har déborda jusqu'à Cherchel, Aïn Defla ; des fractions de cette grande tribu allèrent même occuper une bonne partie des environs de Blida !
Lalla Sfiya ne tarda pas de rejoindre à son tour sa dernière demeure terrestre ; elle rendit l'âme dans sa maison de ksar Sfissifa où la noble dame fut enterrée.(*)
(*) - Cependant lorsque les Ahl Tiout apprirent la nouvelle de la mort de leur ancêtre et surtout son enterrement dans le château de sa famille, ils en conçurent une violente jalousie ! Comme ils avaient la réputation de n'en faire qu'à leur tête, ils profitèrent de l'obscurité d'une nuit sans lune pour arriver subrepticement au ksar, se saisirent de la dépouille de la sainte femme pour finir de l'emporter chez eux et la mettre en terre à Tiout !
A leur tour les habitants de Sfissifa, découvrant, abasourdis, le manège de leurs « cousins », organisèrent dans le plus grand secret, une expédition similaire à Tiout ! Finalement ce fut les habitants de Tiout qui eurent le dernier mot en récupérant en dernier lieu la dépouille de celle qu'on considère comme l'aïeule des Ouled N'Har ! On lui édifia ensuite une belle qoub ba qui reste un vénérable lieu de pèlerinage pour tous ses descendants.
Nous avons pris la liberté de raconter ces péripéties assez singulières relatives à la dépouille mortelle de Lalla Sfiya. Notre intention consiste à rappeler une croyance profondément ancrée dans la mémoire populaire. La présence d'un dharih, dans une région donne aux lieux une sorte de vie chargée de baraka et de karama, tant il est vrai, pense-t-on, que la terre où ont vécu les saints et où ils reposent de leur sommeil éternel, exerce sur l'ensemble des croyants une prodigieuse faculté d'attrait ! Après la disparition de Lalla Sfiya, ce fut à son fils sidi Yahya qu'échut la lourde charge de chef de famille ; sa première responsabilité consistait à procéder au partage entre ses frères et lui-même de l'héritage laissé par la sainte dame ! Il décida alors de répartir les biens qui revenaient à chacun en veillant à accorder à ses deux frères les meilleurs parts ne gardant pour lui que ce qui lui semblait le moins intéressant !
Lorsque ses frères découvrirent que leur aîné leur avait donné la préférence sur lui-même, ils le remercièrent tant et plus tout en priant Dieu de couvrir Sidi Yahia de sa protection et de lui accorder une nombreuse descendance. ! Allah accepta assurait-on d'exaucer leurs prières dès lors qu'il combla Sidi Yahya Ben Sfiya de 12 enfants plus vigoureux les uns les autres !
Sid Ahmed Ben Abderrahmane Ben Sfiaya mourut le premier ; il fut enterré à Aïn Beni Mathar à l'est du Maghreb el-Aqça. Son tombeau couvert d'une qoubba est célèbre et sans cesse visité. Le second frère de sidi Yahya, Sidi Moussa ben Abderrahman est enterré à Tiout aux côtés de sa mère.
Parmi les 12 enfants de Sidi Yahia ben Sfiya- lesquels eurent chacun une postérité remarquable- ce furent, affirme-t-on, Ouled sidi Djilali qui demeurèrent les plus nombreux et protégés par la bénédiction de leur grand père. Rappelons qu'il existe une fraction des Ouled sidi Djilali à el- Bayadh, et une autre à el Attaf, au centre du pays ! Sidi Yahya ben Sfiya mourut dit-on à la fin du X ème siècle Hidjri. Il fut enterré dans la montagne appelée Sidi Mohammed Sanouci à 14 milles de Sebdou. Une grande qoubba couvre son mausolée que les pèlerins viennent visiter. La population des Ouled N'Har organise chaque année, en automne la célèbre Ouada dédiée à la mémoire de leur noble ancêtre.
SidiYahya eut pour disciple cheikh Khelifa Cherif ben Sidi Md el-Achbour, lequel deviendra par la suite très proche de Sidi Abdelkader Ould Sidi Cheikh. (Enterré à el-Kheïter, il est l'ancêtre des Ouled sidi Khelifa de la région de Saïda.) En Outre parmi les amis de Sidi Yahya, il y avait son compagnon de toujours le faqih et célèbre savant Sidi Ahmed Cherif, l'ancêtre de la fraction des Chorfa des beni Hediyel. (Il est enterré dans une localité appelée Sadât au bord d'un affluent de la Tafna)
Lalla Sfiya, Sidi Sliman Ben Bousmaha ainsi que les disciples de Sidi Mohammed Ben Abderrahman Sehouli et de Sidi Ahmed Ben Youcef el-Meliani eurent une influence notable sur la formation de sidi Yahya ben Sfiya et son ascension dans la hiérarchie du Tasawwuf ; il avait également tiré un grand profit de l'oeuvre de Cheikh Abou Abbes Ahmed Ben Arous «Tûhfât sidi Mahdi el-Fassi ». Lequel fut l'un des maîtres éducateurs du grand Imam Ahmed Zerrouk el-Bernoussi (né à Fes en 1441- mort en 1494 en Libye).
(*) - Située au Sud de Naâma cette région est entrée dans la postérité grâce à la richesse des monuments préhistoriques qu'elle recèle. Par exemple en 1892, une fresque datant de plusieurs milliers d'années fut mise au jour.
SIDI-YAHIA fils de Abderrahmane dit " BEN-SEFIA " fils de Moussa fils de Brahim fils de Brahim fils de Mohamed fils de Zeid(NEHAR) fils de Mohamed fils de Abi-Elataà. Vers le début du 16ème siècle, son père Cheikh Abderrahmane fils de Moussa est venu chez le grand théologien ; le célèbre Sidi Slimane fils de Abi-Samaha Elboubakri Saddiki , l'aïeul unitaire des tribus Zouies qui s'implantaient dans les différentes régions en Algérie et au Maroc telle que la tribu d'Ouled sidi Ahmed Elmajdoub enterré à ASLA prés d'Ain Sefra (Naàma), Ouled Sidi Abdelkader BenMohamed nommé Sidi cheikh enterré à LABYADH. Il demeura longtemps chez Sidi Slimane Bnou Abi Samaha pour s'enrichir du savoir et de la science. Il était bien honoré et exalté pour sa bonne conduite ainsi il demanda la main de sa fille safia pour le mariage.Elle lui engendra trois enfants ; Yahia , Ahmed et Moussa. Leurs descendants forment la tribu d' OULED NEHAR . Sidi Yahia fils de Abderrahmane nommé Bensefia est né en l'an 1529 (935 de l'hégire). Il grandit dans un milieu religieux au sein de la zouia de son grand père cheikh Sidi Slimane Bnou Abi samaha où il a étudié la langue , la science Islamique et le mysticisme(le soufisme).Après il s'est rendu à la Zaouia de moula SEHOULE à Boudhnib à proximité de Rachidia (Maroc)pour poursuivre ses études. A son retour en Algérie, il s'est installé vers Benisnous (Tlemcen) où il a fondu sa zaouia qu'est devenue un centre lumineux d'étude islamique Sidi Yahia s'est marié avec quarte femmes : La première épouse : la fille de sidi Mohamed fils de Wadfel qui lui engendra trois enfants ; Mohamed , Abderrahmane et Abdelkader(zair) La deuxième épouse : sa cousine maternelle, fille de Sidi Mohamed fils de Slimane Bnou Abi Samaha . Elle lui engendra cinq enfants ; Djilali, M'hamed, Ahmed, Aboutayeb et Yahia . Les descendants de ces deux derniers sont implantés au Maroc. La troisième épouse : la fille de Sidi Aissa Elbouzidi qui lui engendra trois enfants, Chadli, Elhadj (Aboukoura) et Bentayba. La quatrième épouse : de Mezila de la tribu d'Ouled Weryiach qui lui engendra un enfant, Aboubakr. Sidi yahia BenSefia a consacré toute sa vie à éduquer et enseigner aux gens le coran, le dogme de l'islam et le scientisme jusqu'au jour de sa mort en l'an 1610 (1018 de l'hégire) où il a été enterré à Oued Boughadou à 15km de sebou(Tlemcen).

LA LÉGENDE DE LA GRANDE TRIBU HOUARA AU MAGHREB





تاريخ هوارة
هوارة قبيلة كبرى يمتد تاريخها إلى 3000 سنه وهى تضم عشائر وقبائ
كثيرة تنتشر فى كل دول الشرق الأوسط وجنوب أوربا وبالتالى تختلف جنسياتها ولهجاتها ولكنها تعود جميعها لأصل واحد ويربط بينها عادات وتقاليد مشتركه.
هوارة .. كثيرا ما يدور سجال حول نسب هذه القبيلة الكبيرة الشهيرة , والمتواجدة على خريطة شمال إفريقيا في مصر وليبيا والمغرب العربي . .
هذا ما كتبه بعض الباحثون عن نسب القبيلة , ومعهم حق فكلام المؤرخين عن القبيلة لا ينتهي , ومثله مثل البحر المتلاطم من المعلومات وبعضه متضارب ولا يصل بالقارئ إلى شاطئ بل يصيبه بالدوار .
ولكن إذا ما أخذنا ما أتفق عليه المؤرخون ( المقريزي – ابن خلدون – اليعقوبي – الحمداني– القلقشندى ) وطرحنا ما اختلفوا فيه جانبا , وأخذنا ما جاء بالتوراة عن آل إبراهيم وربطنا كل ذلك مع الأحداث التاريخية التي جرت عبر العصور فأنة يمكن الوصول لحقيقة الأمر بوضوح .
والكلام عن هوارة لا ينتهي ..... ولكننا أخذنا أهم ما في الموضوعات وذكرناها في هيئة بانوراما تاريخية مختصرة تتيح للقارئ فهم الموضوع ببساطة ويلاحظ القارئ أنه جاء ذكر بعض أسماء القبائل الأخرى التي تداخلت مع هوارة في الأحداث ونوهنا عنها وعن علاقتها بهوارة وذلك حتى تتكامل الصورة والحقيقة
نسب هوارة
انقل إليكم الموضوع التالي والذي يفسر سر وجود السلالة بكثرة بين الأمازيغ
أولا : ينبغي على أي منا عندما يتحدث عن نسب قبيلة ما أن يطلع أولا على ما كتبه المؤرخون ويأخذ بما اتفقوا عليه وعليه ترك ما اختلفوا فيه ,وألا يردد الأقاويل الخاطئة لأن هذه الأقاويل تشيع بين الناس وتلبس ثوب
الحقيقة وتضيع الحقيقة الفعلية بين الناس وبالتالي فالمتسبب في نشرها يناله أثم بقدر انتشارها .
ثانيا : تكلم المؤرخون الثقاة باستفاضة وكتبوا الكثير عن هواره وعن نشأتها ونسبها وتاريخها وهى أمور محسومة بأقوال المؤرخين الثقاة وأحداث التاريخ .. فلا يجوز لأي منا بالتالي أن يتكلم عنها ويفترض أشياء لا
أساس لها من الصحة خاصة وأنه يتكلم عن قبيلة ضاربه جذورها في التاريخ وساهمت في صنعه , وتاريخها ونشأتها ونسبها موثق بأقوال المؤرخين الثقاة .. أما كلام المنتديات من أن هواره لقبا يحمله من يشاء أو أن عشائر هوارية مثل الهمامية ينتمون للأشراف أو عشائر البلابيش تنتمي لقبائل بنى سليم العدنانية أو أن عشائر من الأشراف مثل عون الطيار تحمل لقب هواري ... فهذا كله ما هو ألا خلط للأوراق والأنساب وأضغاث أحلام وجاءت نتيجة لأهواء شخصيه ولا تستند على أسانيد صحيحة ومخالفه لما ذكره المؤرخون وأحداث التاريخ ... والأهم أنها مخالفة للشرع الكريم لأن بها خلط للأنساب الذي نهانا عنه الشرع الكريم . ولا يوجد قبائل متنوعة لهواره تختلف في النسب ( مثل البرتقال البلدي و البرتقال أبو صره ) فهواره قبيلة واحده لها عشائر كثيرة ولكنها كلها تعود لجد واحد هو .. هوار بن أوريغ .
وأحب أن أوضح أنه لم يرد مطلقا في أقوال المؤرخين أن أسم هواره كان لقبا حملته قبائل أخرى . والشرع يوجب علينا ألا نحمل أسما وننتسب إليه ألا إذا كنا ننتمي إليه برابطة الدم . وبخلاف ذلك يكون مخالفه للشرع
الكريم وخلطا للأنساب نهانا عنه الله صراحة .
ولهؤلاء جميعا أقول أن هوارة بخصالها التي ذكرها المؤرخون عنها وتاريخها ونسبها حققت شرفا أشاد به كل المؤرخون ولو يعلمه أبناؤها لما اختاروا غيره شرفا .
ومن واقع أقوال المؤرخين الثقاة فإن تاريخ هواره ونسبها هو كالتالي :
من خلاصة أقوال المؤرخين وما ذكر في التوراة عن آل إبراهيم عليه السلام وبني قيدار وأحداث التاريخ الموثقة , فإن هواره قبيلة أمازيغية جدها الأكبر ( هوار بن أوريغ بن برنس بن بر بن قيدار بن إسماعيل بن إبراهيم عليه السلام ).... وأمهم الكبرى ( تزكى بنت زحيك بن ماغيس الأبتر بن بر بن قيدار بن إسماعيل بن إبراهيم عليه السلام (ويتضح من ذلك أن قيدار هو الجد المباشر لهواره بينما عدنان هو الحفيد السابع تقريبا لأحد أبناء قيدار) مختلف في عددهم اقلها سبعه ) .. وبذلك تبطل مزاعم من يحاول نسبها للأشراف أو بنى سليم لأنهم سابقين في النشأة للعدنانيين بحوالي 7 قرون وللأشراف بحوالي 25 قرنا كما أن قبائل بنى سليم ذكر المؤرخون أنها ذابت في قبائل هواره بالنسب ونشأ عن ذلك عشائر هواريه لها جذور لبنى سليم من ناحية الأم حيث أنه كانت عادة الأمازيغ التزاوج من الغير و لا يزوجون بناتهم خارج القبيلة وهى عادة متأصلة منذ زمن سيدنا إبراهيم عليه السلام .
كما لا يجوز نسبهم لليمن أو القحطانيين , لأنهم أحفاد سيدنا إبراهيم عليه السلام وهو معروف أنه ينتمي للكلدانيين من أبناء سام وهم ليسوا قحطانيين وهم من عرفوا باسم العرب وبذلك يكون كل أحفاد سيدنا إبراهيم
كلدان وساميون عرب نسبة له .. ويشمل ذلك الأمازيغ والعدنانيين وأيضا بنى إسحق ويشمل ذلك ( بنى إسرائيل وبني العيص) أيضا .. وهو ما لا يعرفه الأغلب الأعم من الناس نظرا لتزوير التاريخ لأغراض سياسية وعنصرية .
أما الأمازيغ فهم قبائل هواره وأبناء عمومتها من القبائل الأخرى وأشهرهم بالإضافة لهواره قبائل زناته ( منها الفارس الشهير المعز بن باديس والمعروف باسم الخليفة الزناتي ) مؤسس مملكة زناته بتونس - وصنهاجه وهم أخوه أشقاء لهواره ومنهم ( يوسف بن تاشفين ) مؤسس دولة المرابطين ومدينة مراكش بالمغرب - وقبيلة أوربه ومنها طارق بن زياد فاتح الأندلس - وقبيلة جراوه ومنها ( الملكة تهيا ) ملكة أوراسيا ( الجزائر حاليا )
والتي تزعمت قومها 35 عاما كانت كلها مقاومه للغزاة ومنهم المسلمون الفاتحون وكانت على المسيحية هي وقومها في ذلك الوقت وكانت فارسه ماهرة وبارعة في التخطيط لم يأت الزمان بمثلها , دوخت المسلمين وسموا فترة حروبها - بحرب البلاء- وهى التي أطلق عليها خصومها لقب الكاهنة واتهموها كذبا بما لا يليق ,بينما هي كانت من وجهة نظرها تدافع عن الأرض والعرض ولم تكن تعلم شيئا عن الدين الجديد , وكانت تقاتل متقدمه صفوف جيشها ويكفيها شرفا أنها لقيت مصرعها في ساحة القتال بالرغم من نصيحة قادتها لها بالتراجع للخلف عندما رأوا أن الخطر يحكم حلقاته حولها لكنها صرخت فيهم قائله ( وأجلب العار لقومي !!) وأصرت على القتال بسيفها وعلى حصانها متقدمه إياهم حتى لحظة مصرعها ولا زالت تحتل مكانتها الرفيعة ومحبتها في قلوب الأمازيغ فهي ماتت بشرف وشجاعة ولم تستسلم أو تنتحر أمثال ملكات أخرى مثل زنوبيا أو كليوباترا .
وهناك قبائل أخرى كثيرة منهم .. وجميعهم ينتمون أما إلى برنس بن بر بن قيدار , أو إلى مادغيس بن بر بن قيدار .
وهم بذلك يكونون أحفادا لسيدنا إبراهيم عليه السلام من حفيده قيدار بن إسماعيل عليه السلام ... أما الأمازيغ فهو لقب أطلقوه على أنفسهم وهى كلمه عربيه قديمة تعنى ( الأحرار ذوى الأصل النبيل ) ... أما البربر فهو لفظ أطلقه الرومان عليهم عند هجرة هؤلاء من فلسطين إلى شمال أفريقيا وأطلق على غيرهم أيضا من قبائل الوندال الفرنسية والزنوج أيضا ولا يربط بين هؤلاء أي صلة نسب .
أما هجرة قبائل الأمازيغ إلى شمال أفريقيا فتمت في زمن سيدنا داوود عليه السلام وقام بتهجيرهم لها بعد ازدياد خلافاتهم مع أبناء عمومتهم من بنى أسحق وجاء ذكر حروبهم تفصيلا في التوراة وإيجازا في القرآن .
ومن شمال أفريقيا هاجروا إلى مصر في الألفية الثانية قبل الميلاد وانضموا للجيش المصري وشكلوا 90% من قوته وتولى أحدهم حكم مصر وحمل لقب فرعون وظلوا في حكم مصر 200 عام وكان ينظر إليهم كمصريين خاصة أنه تجرى فيهم دماء مصرية فرعونية ملكيه ورثوها عن أمهم الأميرة هاجر عليها السلام .
أما هجراتهم الحديثة فكانت في زمن الفاطميين ومنهم هواره .. حيث كان الجيش الفاطمي يتشكل من ثلاثة ألويه لأشهر وأكبر ثلاثة قبائل من الأمازيغ وهم كتامة , وصنهاجه , وهواره وهواره ينسب لها المؤرخون الفضل في فتح الأندلس وصقلية وحكمت كلاهما 200 عام , كما أسست دولا بشمال أفريقيا والأندلس أشهرهم دولة ذى النون ودوله بنى الزيري , ودولة بن الخطاب , كما شيدوا مدينة وهران بالجزائر حاليا ومدن مصراته وترهونه وورفله ومسلاته بليبيا . وفى العصر الحديث ينسب لها المؤرخون مقاومتهم للاحتلال الفرنسي والإيطالي بشمال أفريقيا والمماليك والأتراك في مصر كما أسسوا بالصعيد أماره مستقلة عن الأتراك في زمن أميرهم عمر بن عبد العزيز الهواري وذلك بموجب صك رسمي من الباب العالي.وجاء من بعده أميرهم همام بن سيبيه الهواري ولا صحة لمن يدع بأن نسب الأخير لغير هواره فأسم سيبيه أسم أمازيغي لا زال له
امتداد بشمال أفريقيا .
أما في العصر الحديث فأبناء هواره أيضا يتحلون بصفات وخصال أجدادهم ويشغلون أماكن متقدمه في الحياة العامة سنذكر منهم نماذج قليلة مثل عبدالرحمن عزام مؤسس الجامعة العربية ومنهم أحمد الهلالي رئيس وزراء مصر الأسبق قبل الثورة ومنهم أيضا قائد ثورة يوليو وأول رئيس لمصر اللواء محمد نجيب وغيرهم كثيرون في مناصب هامه لا مجال لذكرهم حاليا .. أما خارج مصر فمنهم قائد ثورة الجزائر ورئيسها هواري بو مدين - وجيلنا يعرف موقفه البطولي ومساندته لمصر في حرب 73 عندما فتح البنك المركزي الجزائري لمصر لشراء السلاح السوفيتي فورا
قبائل هوارة
تعتبر قبيلة الهوارة من أكبر وأعرق القبائل المنتشرة في محافظة قنا وهى تنتشر في مراكز المحافظة من " دشنا " جنوبا حتى " أبوتشت " شمالا .
وقد اختلف المؤرخون حول اسم الهوارة وأصلهم فنسب البعض تسمية الهوارة بهذا الاسم لانتسابهم إلى " هوار بن المثنى " من حمير باليمن ، ونسبهم البعض – وهو الرأي الذي كان شائعا بينهم قبل عصر محمد على – إلى " دحيه الكلبى من بنى كلب " من قبيلة قضاعة إلا أنهم في النهاية فهم من شبه الجزيرة العربية .
تعود هذه العائلة بنسبها إلى قبيلة هوارة التي عاشت في مصر، وأعترف العثمانيون بزعامتها وحكمها لصعيد مصر في القرن السادس عشر، وكان زعيمهم همام شيخ بدو هوارة . إضافة إلى ذلك فإن الهوارة الهواري لقب العسكر الذين يمشون في مقدمة الجيش، ويبدو أن هذه العائلة قبل قدومها إلى مصر، كانت تعيش في أسبانيا والمغرب، فقد استقرت العائلة في أسبانيا منذ القرن التاسع الميلادي على الأقل ، وهي تعود بأصلها إلى قبيلة هوارة المغربيّة وهي من أصل بربري، وقد تولى أحد زعماء القبيلة الملُك في أسبانيا وهو المأمون يحيى بن إسماعيل بن ذي النون، وذلك عام 1083م، وكان بنو هوارة يعدون في مطلع القرن الحادي عشر الميلادي سادة وأصحاب شأن في شمالي أسبانيا، كما تولوا القيادة العسكريّة في قرطبة وطليطلة وسواهما من المدن الأسبانية
هوارة من أكبر قبائل المغرب العربي، أخذت اسمها من هوار بن أوريغ بن برنس الذي غلب اسمه على أسماء إخوته ملد ومغر وقلدن فسموا جميعا بهوارة، قال اليعقوبي أن أبناء هوارة يرجعون نسبهم إلى حمير ويقولون أن أجدادهم هاجروا من اليمن في زمن قديم.وتنقسم هوارة إلى عدة بطون، فإلى هوار بن أوريغ تنتمي بطون كهلان وغريان ومسلاتة ومجريس وورغة وزكاوة وونيفن، وإلى مغر تنتمي بطون ماوس وزمور وكياد وسراى وورجين ومنداسة وكركودة، وإلى قلدن تنتمي بطون قمصانة ورصطيف وبيانة، وإلى بطون ملد تنتمي بطون مليلة ووسطط وورفل ومسراتة وأسيل، ومن البطون المنتمية أيضا إلى هوارة، ترهونة وهراغة وشتاتة وانداوة وهنزونة وأوطيطة وصنبرة. وخلال القرن التاسع امتدت ديار هوارة في إقليم طرابلس ما بين تاورغاء ومدينة طرابلس، وحملت عدد من المناطق في الإقليم أسماء بطونها مثل مسراتة وورفلة وغريان ومسلاتة وترهونة، وقد شاركت قبائل هوارة مشاركة فعالة في الثورات التي قامت في أواخر حكم الدولة الأموية. واستمرت خلال الدولتين العباسية والأغلبية حتى قيام الدولة العبيدية، مما أدى إلى قتل وهجرة الكثير من أبنائها إلى مناطق أخرى، كما أدى إلى ضعفها بطرابلس حتى أنه لم يكن لها ذكر في الصراع الذي نشأ بين بنى زيري الصنهاجيين وبنى خزرون الزناتيين حول السيطرة على طرابلس في القرن الحادي عشر إفرنجي، كما لم يكن لها ذكر عند هجرة قبائل بنى هلال وبنى سليم، وقد امتزج من بقى من أبنائها في قبائل ذباب من بنى سليم. كما أقامت قبائل هوارة ببلاد أخرى في المغرب العربي وذكر اليعقوبي في أواخر القرن التاسع والبكري في منتصف القرن الحادي عشر أنهم يقيمون في غرب تونس، وبالجزائر في جبال الأوراس وحول مدن تبسة وقسنطينة وسطيف والمسيلة وتيهرت وسعيدة، وفي بلاد المغرب الأقصى ببلاد الريف وحول مدينتي أصيلة وفاس. وذكر ابن خلدون أن قبائل ونيفن وقيصرون ونصورة من هوارة تقيم بين مدينتي تبسة وباجة، تقيم قبيلة بني سليم من هوارة حول مدينة باجة، وتقيم في غرب الجزائر قبائل من هوارة من بينها قبيلة مسراتة التي يقيم جزء منها بإقليم طرابلس وجزء آخر مع الملثمين (الطوارق) ويعرفون باسم هُكَّاره قلبت الواو في هوارة كافا أعجمية تخرج بين الكاف والقاف، أي كالجيم في العامية المصرية، ومنهم من استقر في فزان وكانت لهم دولة عاصمتها زويلة حكمها بني الخطاب منهم، واستمروا في حكمها حتى عام ﻫ وقد هاجر جزء من هوارة إلى برقه وأقاموا بها، ثم هاجروا منها إلى مصر، وكانوا في القرن الثالث عشر ينتقلون بين مرسى الكنائس والبحيرة، ثم نزحوا في من البحيرة إلى الصعيد بعد نزاع نشب بينهم وبين زنارة واستقروا بجرجا وما حولها(محافظة سوهاج الآن) ثم انتشروا في معظم الوجه القبلي ما بين قوص (محافظة قنا) الآن إلى غربي الأعمال البهنساوية محافظة المنيا الآن) وذكر القلقشندي في نهاية الأرب أربعة وثلاثين بطنا من هوارة بالصعيد وهم (بنو محمد وأولاد مأمن وبندار والعرايا والشللة وأشحوم وأولاد مؤمنين والروابع والروكة والبردكية والبهاليل والأصابغة والدناجلة والمواسية والبلازد والصوامع والسدادرة والزيانية والخيافشة والطردة والأهلة وأزليتن وأسلين وبنو قمير والنية والتبابعة والغنائم وفزارة والعبابدة وساورة وغلبان وحديد والسبعة والإمرة فيهم لأولاد عمرو وفي الأعمال البهنساوية وما معها لأولد غريب).ومن هوارة من استقر بعد ذلك بالقاهرة والوجه البحري، كما يوجد اليوم عائلات تحمل لقب الهواري ببلاد الشام، يمكن القول أنها قدمت من مصر ومن بلاد المغرب العربي ونزل الهوارة أرض مصر عام 779 هـ / 1377 م وقد كانت منازلهم في منطقة البحيرة وكانت لهم الإمرة على عربانها ( سكانها ) وظل هذا الأمر حتى قام زعيم الهوارة " بدر بن سلام " بثوره كبيرة عام 782 هـ / 1380 م ولكن أخمدها الأمير " برقوق " ونقل على إثرها معظم الهوارة إلى الصعيد .
ونزل الهوارة إلى الصعيد حيث أقام " إسماعيل مازن " ناحية جرجا وأصبح الهوارة من كبار ملاك الأراضي وتمتعوا بثراء طائل وأوقفوا على أبنائهم أوقافاً هائلة كان من أبرزها ما فعله الأمير " همام سيبك " جد الهمامية والذي أوقف ذريته مساحه قدرها 242 ألف فدان من أجود الأراضي الزراعية امتدت من سواقي موسى بالجيزة حتى مراكز قنا بقى أن نعرف أن قبيلة الهوارة تنقسم إلى ثلاث درجات من حيث العراقة والأصل وهم أولا " الهمامية " وهم أصحاب المرتبة الرفيعة ويتفرع منها قبائل وعائلات كثيرة ومنها تنتمي قبيلة القليعات وهم أولاد قليعي ومن القليعات تنحدر عائلة آل الطواب وغيرها من عائلات هوارة ، وثانيا " أولاد يحيى " وهم أولاد يحيى منطقة على اسم جدهم ،يسكنها أبناء يحيى وغير أبناءه دون لبس بين الاثنين لأهل البلاد ،لأن الناس تظن أن كل سكان البلابيش بلابيش وأن كل سكان أولاد يحيى يحيويون ، وثالثا " البلابيش " وهم بطن من لبيد من بني سليم وضع خطا عريضا تحت بني سليم هذه ، سليم بن منصور بن خصفة بن قيس عيلان بن مضر بن نزار بن معد بن عدنان فالبلابيش هم العيلانين المضريين العدنانين وأي فخر بعد هذا.

كما يوجد لواء قبائل الهوارة لدي أبناء البلابيش وهذا ليس كلامي أنما من كتب الأنساب المعروفة في العالم العربي وأنظر نهاية الأرب للقلقشندي حيث يقول البلابيش أهل الحرب والقوس والزان وأظنه شخصيا لا ينتسب إلى البلابيش أنما هو من فزارة بأسيوط

أما أن كنت لا تعرف الهوارة فإنهم
كالملح في الطعام وكالسماء زينت ببدر التمام
وأول من فتح الصعيد لدين خير الأنام ومنهم كل فارس مقدام
ولا حول ولا قوة إلا بالله
وإن قبائل الهوارة الآن في الصعيد المصري لا تمت لبعضها قرابة بأي صلة
اللهم أولاد سالم والبلابيش فهما سلميتان وأولاد يحيى أنها جعفرية من السادة الأشراف الجعافرة أما الآن فالكل هوارة وهذا اللقب وأقول اللقب وليس إلا قد اخذ فعلا عن هوارة البربر وإنما الآن في الصعيد المصري غلب اللقب علي القبائل العربية العدنانية كما تري وهو لقب تشريف وتعظيم
كما قال الشاعر منذ أكثر من 600 عام
أنظر إلى خيل هوارة تري عجبا
فيسيرها عندما يسري بها الساري
لم تفخر الخيل قط براكبها
ما لم يكن فوق السرج هواري
نسب هوارة
هوارة هي أكبر قبائل المغرب العربي، ويرجع نسبها الي هوار بن أوريغ بن برنس بن بر بن قيدار بن أسماعيل بن إبراهيم الخليل عليهما السلام - وهوار هذا كان له أخوة هم ملد ومغر وقلدن الا أن أبناؤهم جميعا نسبوا إلية وتسموا جميعا بهوارة أما صنهاج بن أوريغ فنشأت عنه قبيلة صنهاجه وكانوا جميعهم في البداية يشكلون قبيلة أوريغه - و بجانب الفضائل التي اتصفت بها قبائل البربر مثل الكرم والجود وإكرام الضيف وإغاثة الملهوف والذود عن الشرف والشجاعة , تميز أبناء القبيلة أيضا بالمهارة الحربية والفروسية وعلو الهمة والإقدام, ولذلك كانوا يتولون مهام الاستطلاع , و يتصدرون الصفوف الأولى للجيوش ويتولون مناصب القيادة فيها , وهم فى ذلك ورثوا جدهم أسماعيل عليه السلام فهو أول من روض الخيل وأعتلاها وكان أمهر رماة الرمح وقد قال الشاعر فيهم قديما :
أنظر إلى خيل هوارة ترى عجبا
لم تختال الخيل قط براكبها
ما لم يكن فوق السرج هواري

وتنقسم هوارة إلى عدة بطون ( عشائر ) ، فإلى هوار بن أوريغ تنتمي بطون كهلان وغريان ومسلاتة (أسسوا مدينة مسلاته بليبيا ) ومجريس وورغة وزكاوة (قبيلة زغاوة الموجودة بتشاد والسودان) وونيفن
وإلى مغر تنتمي بطون ماوس وزمور وكياد وسراى وورجين ومنداسة وكركودة وإلى قلدن تنتمي بطون قمصانة ورصطيف وبيانة
وإلى ملد تنتمي بطون مليلة ( أسسوا مدينة مليلة بالمغرب) ووسطط وورفل ( أسسوا مدينة وورفلة بليبيا ) ومسراتة( أسسوا مدينة مصراتة بليبيا ) وأسيل .
ومن البطون المنتمية أيضا إلى هوارة :
ترهونة ( أسسوا مدينه ترهونه بليبيا ) وهراغة وشتاتة وانداوة وهنزونة وأوطيطة وصنبرة
PAR BELKACEM BELHADJ

parole de sidi abderahmene al medjdoub





min klam abderahmene al madjdoub al ouali salah
rahimahou allah oue nefa3na bi barakitih

اللي يركب يركب اشهب طرز الذهب في لجامه

اللي يدور يقول كلمة الحق يدير هراوة في حزامه

انا اللي رقيت في رقية و قعدت مثل الرصاص نذوب
من لا يقرا للزمان عقوبة يجي على راسه مقلوب

نوصيك يا واكل الخوخ من عشرة رد بالك
في النهار تظل منفوخ و في الليل تبات هالك

مهبول من يحرث الفول في شط مالح يلوحه
مهبول من ياخذ القول في صاحب عوض روحه

الدنيا مثلها دلاعة تتكركب مع جميع الدلاع
الحاذق يعطي معها ساعة و الجايح غدى معها قاع

اه يا محنتي عدت خماس و الثبن عمى عيوني
خمست على عرة الناس كي يوجد العشا يزعكوني

مكتوب ربي نوديه و الصبر واجب علينا
و اللي نحبوه نخليه يا ناس ما اعتاها غبينة

اذا هي دنيتك مهمومة و زمانك ما هو معك مليح
خلي الدرسة في التبن ملمومة و اسنتى حتى يهب الريح

يا قلب نكويك بالنار و اذا بريت نزيدك
يا قلب خلفت لي العار و تريد من لا يريدك

يا قلبي يا حامل الماء للعقبة و يا طراد الشمس مالك الا مهبول
لا تبغي من لا يحبك بمحبة و اذا حبك القلب غير خلي الناس تقول

اللي بغانا نبغوه على محبة الله نلموه
و اللي جفانا نجفوه هذاك تهنية منه

اللي حب الطلبة نحبوه و نعملوه فوق الراس عمامة
و اللي كره الطلبة نكرهوه حتى الى يوم القيامة

يا ويل من طاح في بير و صعب عنه طلوعه
فرفر ما صاب جنحين يبكي و سالوا دموعه

مثلت روحي لتبيب في كل شجرة ينادي
يعيط يا قلة الحبيب يا خروجي من بلادي

لا في الجبل واد معلوم و لا في الشتا ريح دافي
لا في العدو قلب مرحوم و لا في النسا عهد وافي

راح ذاك الزمان و ناسه و جا ذا الزمان بفاسه
و كل من يتكلم بالحق كسروا له راسه

السابق من الخيل تعتر و ربي يدبر عليها
و اذا يكلخ الفم ربي لا يحاسبني عليها

اعطاته الكف و الدف حتى رداته مثل الرغيفة
تقول دقيقها مسلف و الا كتسال للمعلم حسيفة

الدنيا يكنوها ناقة اذا عطفت بحليبها ترويك
و اذا عطفت ما تشد فيها لباقة تتكفح و لو كان في يديك

يا حسراه بعد اللية و الزبدة الطرية عدت نكدد في عظام الراس
و من بعد ركوبي على الشاحب العلوية عاد ركوبي على بغل نكاس

العبد اللي كان مذوب ما تعيبه كحولة
و الحر اللي كان مجعوب ما يسوى نص فولة

الشواف يشوف من قاع القصعة و الغربال تشوف منه قاع الناس
الكيس يعفس على راس اللفعة و العوام يعوم بحر لا يقاس

المصبط ما درى بالحافي و الزاهي يضحك على الهموم
اللي راقد على القطيفة دافي و العريان كي يجيه النوم

القرد مشى للغرب و الذيب داب راسه
لو كان الخير في البصل ما ينغرس على راسه

احرث يا الحراث و طيب راس المراجع
راه مال التجار ما زال ليك راجع

لا تجري لا تهقهق و امش مشية موافقة
ما تدي غير اللي كتب لك لو كان تموت بالشقا

اللي حبك حبه و في محبته كن صافي
و اللي كرهك لا تسبه و خليه تلقى العوافي

اللي طارت من سعود ايامها تتخبل في ريشها و تعيش
و اللي قعدت تا تعوس ايامها ما هي بالصحة و لا بالريش

الطير الطير ما ظنيته يطير من بعد ما والف
خلى قفصي و عمر قفص الغير رماني في بحور خلاني تالف

يا من درى شي الحال يصبح و تدوم لينا الشميسة
اللي عاش لابد يفرح و تزول عليه الغبينة

يا ناس من شاف دمي غابت عني السمية
للبحر نشكي بهمي ينشف يولي تنية

الزيت يخرج من الزيتونة و الفاهم يفهم لغات الطير
اللي ما تخرج كلمته ميزونة يحجرها في ضميره خير

اللي علينا احنا درناه و اللي على الله هو به ادرى
خيط المحبة فنيناه ما خصاته غير المدرا

الناس قالوا لي عجايب و انا طريقي مسرور
اذا صفيت مع ربي العبد ما فيه ضرور

عينك و حواجبك سود و سوالفك هندويلة
يا نابشة الارض بالعود اتكلمي يا هبيلة

يا الجايزات في الطريق يا مقورين العمايم
في راسكم شي عناية و الا راتعين كالبهايم

حليله من ماتت امه و باباه في الحج غايب
و ما صاب حدان يلفه و ضحى بين الدواوير سايب

حجيت سبع حجات و تبت سبع توبات
رجيت نفسي تبقى لغيرها لا بات

شفيتني يا المسكين و شفاني حالك
الزين ما تاخذه و الدين ما ينعطى لك
publié par BELKACEM BELHADJ

AL OUALI SALAH (EL-HADJ-MHAMED-BEN -ABDERRAHMAN- ) dit BEN BOUZIAN


EL-HADJ-MHAMED-BEN -ABDERRAHMAN-
BEN BOUZIAN

(Mort le 10 ramadan 1145. — 24 février 1733 de J.-C

PAR BELKACEM BELHADJ

Connu sous le nom de Mouley-Bouzian, naquit, vers le milieu
Du XVIIe siècle de notre ère, d’une famille de Chorfa fixée à
L’embouchure de l’oued Draâ. Il étudia d’abord à l’Université
De Fez ; mais il fut chassé de cette ville par ordre de l’empereur
à qui il avait été représenté comme possédé du démon et
Magicien. La vérité, dit la légende, c’est que Dieu avait fait
Pour lui un miracle, en faisant couler de son kalam (roseau Si Mahmed-ben-Abderrahman-ben-Abou-Zian, plus
plume)
L’huile qu’il devait payer pour sa quote-part, comme
Salaire de son professeur.
Moulay -Bouzian se réfugia alors au Tafilalet, auprès
D’un saint homme nommé Embarek-ben-Abdel-Aziz, lequel
Était moqaddem des Nacerya; il prit le dikr de cet ordre, et,
Quand il n’eut plus rien à apprendre de son maître, il partit
Dans la direction de La Mecque, et séjourna plus ou moins
Longtemps auprès des personnalités religieuses qu’il rencontra
sur sa route. Chemin faisant, il édifia les gens par sa piété sincère et
sa grande perspicacité tant dans les choses humaines que dans
les choses de allah . A La Mecque il fut favorisé de visions

Un jour, pendant que le Saint était dans la mosquée à prier, des
Voleurs osèrent s’emparer de ses troupeaux provenant des offrandes des fidèles. Mais allah se chargea de les châtier. El-Khadir, sous la forme et les traits de Mouley-Bouzian qui priait toujours dans la mosquée, se présenta tout a coup aux voleurs et les mit en joue avec son bâton. Aussitôt ceux-ci tombèrent morts. Les bergers qui les avaient suivis, en se cachant, furent témoins du miracle et ramenèrent les troupeaux au cheikh qui n’avait pas
Bougé de la mosquée où, ses prières terminées, il s’était mis à instruire ses disciples.

Ce miracle « incontestable » fit grand bruit, et, depuis
Lors jusqu’aujourd’hui, les coupeurs de route n’ont plus osé
S’attaquer aux troupeaux ni aux caravanes placés sous la
Protection de Mouley-Bouzian qui, bien que mort, continue
à faire la police du Sahara « quand on s’adresse à lui avec un
Avec un cœur pur .
Les doctrines de l’ordre de Si Mhamed-ben bou-Zian ne paraissent pas d’ailleurs présenter de points particuliers, qui les différencient de celles des Djenaïdia et des Chadelia. Dans la pratique, la spécialité des Zianya est de conduire les caravanes et de les protéger contre les brigands et les coupeurs de route ; ils sont les pilotes du Sahara. Pas un commerçant n’oserait faire partir un convoi de marchandises dans le Sud, sans en avoir, au préalable, assuré la protection par les Zianya. En échange de la ziara fournie et de l’acte de déférence fait vis-à-vis de lui ou de ses moqaddem, le chef de l’ordre donne sa bénédiction et un rekkab muni d’une lettre portant son cachet. Ce rekkab sert à la fois de guide et d’immam
à la caravane. Outre la connaissance qu’il a des chemins et des hommes du pays, il est, par son caractère religieux et sa qualité de frère profès de Si Mhamed-ben bou-Zian, la meilleure sauvegarde possible pour les chameliers et pour leu chargements.

Tous les ans, des khalifa, appartenant tous à la famille
du chef de l’ordre et munis par lui de pouvoirs spéciaux, sont envoyés en inspection dans les tribus ; ils font rentrer les ziara, procèdent aux nominations des moqaddem présentés par les adeptes, donnent les instructions du grand maître, stimulent l’envoi des caravanes, enfin s’occupent a la fois des affaires spirituelles et temporelles de la communauté. C’est, en somme, un ordre animé d’un grand esprit de tolérance; presque tous ses membres vivent très dignement, en dehors des choses de ce monde, faisant du bien autour d’eux, se livrant à l’enseignement du Coran et continuant à donner à l’ordre le relief de sainteté qui lui attire la vénération des fidèles, de nombreux adhérents et des ziara fructueuses. Hâtons-nous de dire que l’hospitalité se donne largement dans toutes les zaouïa des Zianya ; que les aumônes faites sont considérables et que moqaddem et khouan évitent, avec le plus grand scrupule, de se mêler aux soifs locaux ou régionaux, leur impartialité absolue, eu tous temps et en tous lieux, étant une question essentielle pour le maintien de leur influence et la réussite de leur action protectrice sur les caravanes.

Sa mort était proche

Le premier jour du mois de ramadan 1145 (15 février
1733), après avoir présidé, plein de santé, les prières publiques faites à cette occasion, il annonça aux fidèles rassemblés que sa mort était proche. Prenant alors à part un de ses disciples, il le chargea d’aller annoncer cette nouvelle à un de ses amis. — Dois-je, ô Maître, me presser de vous le ramener, demanda le disciple. — Non, répondit gravement le cheikh, il est écrit que nous ne nous reverrons plus sur terre. Dix jours plus tard (24 février 1733) Moulay -Bouzian mourait et était enterré à Kenadsa qui est resté le lieu de sépulture de sa famille et de tous les chefs de l’ordre qui, par la volonté expresse de Moulay Bouzian, sont toujours choisis dans la famille de ce saint : La chaîne mystique qui relie l’enseignement des Zianya à celui du Prophète et de Chadelia , nomme un grand nombre de saints qui nous sont déjà connus comme chefs d’ordres, ou de branches dérivées des Chadelia.
Publié PAR BELKACEM BELHADJ


mardi 3 décembre 2013




ABOU EL HACENE ALI IBN NAFI
DIT ZIRYAB

LA LEGENDE DE ZIRYAB
LE FONDATEUR DE LA MUSIQUE ANADALOUS
d'aprés BELKACEM BELHADJ



Son vrai nom abou hacene ali ibnou nafi natif de baghdad en 789 d'origine kurde eu musicien et poète arabo persan il est l'un des premier fondateur de la musique andalous
Ou il a rajouter une cinquième corde au luth et aussi devient un grand lettré et aussi un astronome et géographe
l'oiseau noir sont teint (asmar ) noir certain historien disent il est africain
c'est un oiseau qui chante avec une belle voix
ou il appris beaucoup de poèmes lui qui été poète et musicien
Lui qui était serviteur, aussi l'élève du maître ishaq el moussily ou il a commencer a chanter des l'age de 12 ans devant le khalif haroune arachid
Avec son luth, de cinq corde a manche court sans touche, est considérer comme le roi des instruments de la musique
Les 24 noubas dans la music andalous c'est suivant chaque heure une nouba c'est une de ses invention en andalousie après c'est repartit juste pour 12 nouba au maghreb du nord
Haroune arachid séduit par cette voix très douce en or, ses mélodies originales ,dépassa son maître ishaq al moussily par ses inventions de génies beaucoup de talent a cet enfant
Mais son maître très jaloux ,lui recommande de quitter le pays .
Ziryab choisi l'exile pour aller au kairaouane en tunisie, pour sa sécurité il préfère de quitter ce pays peur du khalife harounne arachid de l'emprisonner en ifriquia
Ou il a écrit une lettre a abderahmene 2 hakim cordoba le gouverneur de cordoue
Donc il traverse le détroit de Gibraltar tar avec l'aide de ses compagnons, une fois passer le détroit se trouve en Andalousie
En 822 la période de abderahmene gouverneur de Cordoba , qui le reçoit dans son palais et lui dit tu es le bienvenu dans mon palais, mais ce que tu chante si jamais je trouve ses chansons non-conformité avec notre religions et notre société je te fait prisonnier

Mais le jeune Ziryab très timide un jeune très passionnée par l'art et la music, commença a chanter devant un public dans le palais , sa voix très douce, joue très bien avec son luth,
Alors le gouverneur de Cordoue dit au petit ziryab tu as gagner mais demande ce que tu veux dans ma ville et mon palais,
Ziryab répondit ce que je veux c'est d'avoir une école pour enseigner les autres dans la music .Il lui a offert un salaire et lui ont accorder la construction d'une école.
Et c'est a partir de la, c'est lui qui a fait créer un groupe de personne pour jouer un orchestre
Et devenu très connu en Europe et le monde arabe
Ainsi a créer la maison de la mode, comment s'habiller en hiver et en été
Encore c'est a lui que revient le menu d'aujourd'hui
Quant vous êtes dans restaurant la première chose sue la table c'est de quoi commencer le MENU
Et c'est pour c'est inventions la reine d'Angleterre a demander a Ziryab de lui envoyer une recette de ses inventions
Et encore a créer des livres de recettes andalous
A partir de la, l'émir de Cordoue le nomma ambassadeur de toute l'Europe et le monde arabe
Dans l'art la music la mode et la gastronomie.
Enfin se sont les inventions et créations de notre civilisation arabo musulmane
Pendant huit siècles nos prédécesseurs scientifiques et chercheurs dans tous les domaines utilisés les fruits d’aujourd’hui

Par belkacem belhadj

dimanche 4 août 2013

histoire de la bataille de mazagran















HISTOIRE DE LA BATAILLE DE MAZAGRAN
DE SIDI LAKHDAR BENKHLOUF
D’après belkacem belhadj chercheur en histoire et civilisation arabe

La bataille de mazagran s’est dérouler en trois étapes du 23/août au 26/août 1558 JC corréspondant au 12/dhou al ka3da de l’année 965 H entre les troupes algérienne et l’armée espagnole du comte ALCAUDETTE avec son fils DON MARTIN

A mazagran (ouréah et sidi mansour ) littoral de mostaganem
Avec SIDI LAKHDAR BENKHLOUF allah yerhmou, et l’emir kheir eddine HACENE PACHA Contre l’armée espagnole du comte ALCAUDETTE

D’après les historiens, le mur (al djidar) de Mostaganem a connu beaucoup de tentative de frappe de canon
Enfin la bataille de mazagran que je décrit afin de donner une autre image et expliquer , des faits et un autre aspect, pour le lecteur d’apprécier lui donner goût a cet histoire de ce qui s’est passer dans notre ville mostaganem nos ancêtres et nos troupes armée musulmanes
Qui se sont battu pour la liberté et la patrie

Le cavalier ,l’éclaireur, celui qui a vu l’attroupement de l’armée espagnole, dans les environs de sidi mansour,( la macta) a vite informer son chef sidi lakhdar, que l’armée espagnole se dirige vers nous,
Puisque sidi lakhdar benkhlouf est chargé de la correspondance des courriers entre Alger et mostaganem, par hacene pacha,
Il a était nommée chef, a la tête des troupes algerienne, un moudjahid, un homme courageux, un homme de guerre, il avait ses méthodes de guerre, sa stratégie a lui seul.grace a sa foi, son éloquence, d’unifier les tribus arabes, pour la bataille
Avec son expérience, de la bataille de cherchel, a lui tout seul a tuer 150 âmes,un homme très écouter et respecter, par son armée, comme il avait une discipline pour son armée et pour ses raisons l’emir hacene pacha,
L’avait choisi comme chef, et lui fait confiance a cette mission
il été très respecter par l’emir hacene pacha, , une responsabilité qui ne peut être donner a quelqu’un d’autres, sidi lakhdar quand il a entendu lui-même sa nomination comme chef des troupes armées , était très content de la confiance de hacene pacha en lui.

l’emir kheir eddine a reçu le message, de l’invasion des troupes du compte alcaudette, sur les cotes de Mostaganem, il donne l’ordre pour un grand rassemblement a la place hamma a alger.ou Il fait appel a ses officiers, et chevaliers de guerre, et les hommes de combat, tous le monde prêt a sa disposition afin de se préparer a la bataille, qui les attendent,
Hacene pacha c’est un homme de guerre comme le décrit sidi lakhdar dans ses paroles ,
Il est très connu avec ses techniques de guerre, toujours vainqueur, jamais vaincu
Dans une bataille est toujours gagnant, même les turques le témoigne

Quand il a reçu le message, de sidi lakhdar, il était très en colère,se mis en état de révolte, la cote de mostaganem est menacé ,il rentre dans la zaouia de sidi abderahmene, pour exaucés ses prière, et demande a allah de lui donner la force et lui venir au secours, pour ses ennemi faire réunir un grand nombres considérables de guerriers et d’hommes
Les gens sont venus de partout, de ifriquia, hmiayane, maghraoua, beni rached, a l’appel de hacene pacha, plus de 10.000 hommes disponible, un très long chemin les attend , par la mer bateau de guerre, et par terre les cavaliers et les hommes en marchants, et des fantassins, des chevaux qui traînent les chariots de canons, et les armes et aussi ceux qui tenaient des étandars et par contre d’autres avec des trompette et grand tambour de music pour annoncer la guerre , ce jour la, une journée très longue , pour se préparer a une bataille et défendre ses territoires,l’armée de hacene pacha bien organiser, que ses officiers, et hommes de combat, savent, ceux qui les attend, ils avaient déjà des expériences, a leurs tété l’emir kheir eddine

Tandis que l’armée espagnole avec ses 12000 hommes et sa flotte navale , a leurs tête don martin le fils de ALCAUDETTE,  qui avance avec ses troupes vers les murs de mazagran, le mercredi 23/ AOUT ou ont commencer les attaques et les bombardement par les bateaux canonniers stationner au large de la mer, en direction des murs de mazagran .
Don martin réagi avec son expérience de guerre, donne l’ordre d’attaquer le grand mur historique qui protége la ville de Mostaganem
Ce mur est la porte de la ville, avec ses gardes, jour et nuit, surveille le périmètre
Et se qui est autour, des sentinelles qui font la relève a chaque fois, pour protéger la ville de Mostaganem de tout invasion et tentative de guerre.
Les soldats algériens défendant le mur de mazagran sont aux nombres insuffisants face aux infidèles

La première étape

L’armée du comte ALCAUDETTE qui venait de faire relâche sur Arzew, lance ses attaques contre le mur historique de mazagran, et le détruit, sans aucune résistance, sans rencontrer aucune opposition vu le nombre de soldats très insuffisants
Aussitôt ils avancent vers la ville de Mostaganem avec ses troupes, pendant ce temps hacene pacha s’était mis en marche en direction de Mostaganem,
L’armée espagnole veut s’emparée de la ville de mostaganem, mais le grand mur de la ville se trouve avec une grande armée de sidi lakhdar, des hommes en première ligne, et des cavaliers, des hommes défendant leurs patrie, l’algerie,et mostaganem la ville est protéger par les septs saints autour, nul ne peut faire du mal a cet ville une terre de chorafas et oualia salihine,sidi lakhdar chef de l’ armée algerienne, montra une rigueur extrême contre les infidèles et contre attaque vite son adversaire des habitants ne tardèrent pas de se grouper devant le mur de la ville ,en apportant aide et secours a leurs camarades ,tandis que l’armée espagnole conduit pat le comte alcaudette se dirigea vers les portes de mostaganem,mais l’armée musulmane arrive a repousser l’ennemi, les attaqua et les défit dans une sanglante bataille après plusieurs heures de combat, entre mazagran et mostaganem ,le comte ALCAUDETTE donne l’ordre de se retirer du champs de bataille et fait éloigné son armée très fatigué pour donner quelques repos a ses troupes et se former avant d’entreprendre d’autres combats . peu après sidi lakhdar , donne l’ordre de ne pas quitter le combat, et ne pas faire confiance a l’ennemi, et placer des gardes partout , pour surveiller ce qui bouge dans , et sécuriser les lieux, car il fallait avant tout protéger le mur de la ville
Quel courage pour sidi lakhdar, et son armée et les habitants de cet ville, un seul mot
allah akbar, et la grande bannière de sidi belkacem , la jalousie de la patrie et mourir pour la terre de leurs ancêtres .


La deuxième étape

C’est la seconde journée de la bataille entre les troupes algérienne et l’armée espagnole,
Sidi lakhdar benkhlouf nommée au commandement de cet armée, a ses coter plusieurs officiers, tandis que les troupes de l’émir hacene pacha en route pour Mostaganem, parcoururent tout le littoral et les villes côtières
Les combats continuent entres les deux camps, les navire canonniers bombardent la ville et le mur, faisant beaucoup de dégâts, les morts par milliers,des torrents de sang sur leurs passages,des têtes rasées le sang jonchée le sol,l’odeur des mort ,des hommes décapités
L’armée de sidi lakhdar benkhlouf avec leurs étendards en criant allah akbar dieu est grand
on récitons quelques versets du coran
L’espoir du comte ALCAUDETTE et son fils DON MARTIN malgré les pertes qu’ils avaient approuvés par des milliers de soldats mort et ceux qui sont disparu et matériels
La bataille été perdu d’avance, ce jour la , l’ennemi a ressentit sa défaite avec le nombres de morts dans cette bataille, la grande armée de l’émir hacene pacha arrive enfin de la capital Alger pour soutenir les troupes de sidi lakhdar, le comte ALCAUDETTE a vu une grande armée qui arrive Au large de la mer des navires de guerre portant des canons très puissant, , ses troupes armée qui arrivent soutenir leurs camarades au combat,
Mais bientôt il a compris l’ennemi que cet guerre va lui coûter très cher pour lui que pour ses troupes que la moitié presque sont mort beaucoup de blesser et d’autres fatigués du combat.
Le comte alcaudette, fait rassembler ses hommes, et son fils don martin, pour mettre la mise au point ,

Nous sommes a la troisième étapes du combat c’est le vendredi 26 / AOUT


Comme déjà les troupes de hacene pacha étaient la, présent sur le champs de bataille,
Le soir même du jeudi, la veille du combat, qui va être très difficile des deux cotés, une armée affaiblit, fatiguée, la peur dans le ventre de l’ennemi, quant ils ont vu des troupes armée musulmanes, bien organiser, prête a combattre et beaucoup d’hommes qui accompagner hacene pacha plus de 8000 soldats.
Ce soir la, la veille du combat , l’emir hacene pacha, organise une petite assemblée avec ses officiers et le commandant sidi lakhdar benkhlouf, pour une stratégie de guerre et d’autres techniques , ou il convoqua d’autres officiers qui sont déjà sur le champs de bataille,
Explique t’il a ses troupes, la situation est difficile, et de si diviser en deux et mettre l’ennemi au milieu afin de bien le maîtriser et le coincé au centre du champs de bataille

Sur le champs de bataille un grand nombre de cavaliers et d’homme ,de son coter
Sidi lakhdar a réuni ses lieutenant et les officiers, leurs ordonna de respecter les consignes,
La bataille va être très longue, mourir, pour la cause d’allah, et puis récitant des versets du coran, le levée du jour approche, nous sommes le vendredi et la bataille commence ou la marine algérienne, bombarde les navires espagnoles, , fait brûler, feu partout, l’équipages fuis la mer, des hommes qui sautent , d’en haut des navires en plongeant dans la mer a cause de la fumée, et du feu, beaucoup de bateau ont été brûler et saccagée par l’armée musulmane
Les matelots algériens rejoints leurs collègues pour les soutenir dans le combat, aux champs de bataille durant quelques heures plus tard, ne fut qu’une série de combat, sidi lakhdar benkhlouf continue a se battre avec son épée, au milieu se trouve l’émir hacene pacha,et les officiers a ses coter ,la technique et l’astuce de guerre c’est de mettre l’ennemi au centre au milieu, pour les coincer , a ne pas lui donner l’occasion de s’en sortir vivant, l’armée espagnole se trouvaient dans une situation très critique,et malgré ses difficulté toujours les hommes de alcaudette fuit le combat pour se réfugier en haut des forets de mazagran et de oureah, et ceux qui prend la mer pour sauver leurs âmes , tandis que alcaudette les fait tuer et massacrée ses deserteurs , ses fuyards, ce jour la un cavalier de l’armée algérienne suit le comte alcaudette partout il le fait tuer et lui coupe sa tété, écrasé par son cheval tomba par terre,ce dernier prend la tête du comte alcaudette et la montra a sidi lakhdar son chef,
Ainsi don martin le fils de alcaudette arrêter et fit prisonnier par notre armée, comme un grand nombre de soldats de l’ennemi, la nouvelle est répandu partout que le comte alcaudette est mort , don martin pleure son père , mort dans le champ de bataille, les soldats ennemis s’enfuit vers mazagran en direction de sidi belkacem, pour éviter le massacre, tandis que sidi lakhdar les poursuit avec son armée jusqu’au dernier, des cavaliers marchent sur les morts,
Un grand massacre, beaucoup de mort, des têtes décapitées, les blessées partout
Ce jour la, du mois d’août une chaleur caniculaire, une journée très longue, pour les deux coter, le combat se termine vers le coucher du soleil, et jusqu’au dernière tête et peu de temps après ont annonce la nouvelle que les hommes de sidi lakhdar commencent a crier allah akbar, avec leurs étendards, et fêter la victoire de cet bataille
Avec l’aide de allah sobhanou, et au hommes croyants qui ne recul devant rien la vie ou la mort pour la patrie, ses hommes très courageux, comme d’autres volontaires, a leurs tête sidi lakhdar benkhlouf qui avait de l’experience, grâce a lui que revient tout l’honneur de cet bataille, comme il écrit cet histoire de mazagran que lui a vécu, il dit :
Je ployais sous le fardeau de mon équipement les cavaliers avançaient en ligne
Et khloufi haranguait et dirigeait les combattants les arabes brandissant leurs étendards alors que l’envahisseur approchait.
Le lendemain matin par un samedi l’emir hacene pacha et sidi lakhdar, accompagner de leurs officiers, ont décider de rendre le prisonnier don martin a sa famille royale pour un échange de 2000 ducats et les conditions de ne plus s’approcher de mostaganem
Peu après hacene pacha, se mit en route pour Alger avec tous son armée

la grande wa3da de sidi belkacem



la grande fête du (ta3m ) de sidi belkacem
écrit par BELKACEM BELHADJ
Comme chaque année le moussem ,waada la grande fête (ta3m) de sidi belkacem bouasria qui Réunit tout les habitants du village et la famille de bouasria au mois d’octobre par les ouled cheikh , tous les descendants du saint bouasria sont concernés,
une organisation bien déterminé, chacun a son rôle , pendant 03 jours , les organisateurs s’en charger de préparer cette grande fête populaire ,( les tentes, les chaises, les citernes d’eaux, les tapis ,des nappes, des carafes d’eaux, des verres, des tables pour manger, des cuillères, des serviettes, )tout ça pour recevoir les invités, et les hébergés pendant la durée de la waada
Les adeptes et les gens venus de toute la région pour assister a la grande fête( ta3m )de sidi belkacem cette fete c'est aussi une occasion de rencontre de famille chaque année
C’est une question de tradition, de ziara , de mémoire ,a l’ami de dieu( wali Salah)
C’est une sadaka donner a manger au gens, des récitations du coran par une parti des chioukh , et des tolbas, qui sont présent, dans les tentes, ainsi khedim al ouali qui reçoit les gens d’ailleurs, pour la ziar et chantant ensemble des psaumes en l'honneur du saint et du prophète saws
leurs offrir une offrande , des femmes qui préparent a manger, le (couscous) parmi ses femmes on trouve celle qui s’occupe du ménage a l’intérieur du ouali, bouasria et
En tirant une corde attacher d’un sceau avec une petite roue accrocher sur une petite barre en fer en haut du puits, pour faire monter et descendre le sceau d’eau
L’eau bien fraîche du puits de sidi belkacem avec un goût délicieux inoubliable a boire, que les invités boivent pour la baraka
Sur la place dehors , les tentes sont déjà en place, les guirlandes de lampes en couleurs, que la mairie a fait installer, ainsi une installation électrique pour un branchement de divers matériels électriques pour l’utilisation a la fête comme la sonorisation, etc…
Se premier jour, une tourner au centre ville de Mostaganem ont appel ca al brih l'appel a la fête waada avec quelques organisateurs, et des gens âgées sont respecter et connus , de faire l’appel au ta3m a la grande fête al bareh très connu de la ville ,une invitation a tous le monde sans exceptions, sans laisser personnes parce que ouali bouasria aime les gens qui lui rend visite ziares une tradition des ancêtres religieuse, et culturel, et en meme temps une rencontre
Les gens qui préparent du thé et du café sont déjà sur place, même des bottes de menthe récolter des petits jardins a coter, tout le monde y participent, une odeur qui domine tout l’environnement
Des volontaires de partout, pour recevoir la bénédiction du ouali et de allah ,les bonnes familles des ouled cheikh a midi c’est l’heure de faire sortir la grande (gas3aa ) de couscous
préparé a la maison , pour la grande fête du ouali bouasria,
Ce couscous ont l’appel( t3aam m3aoued) pourquoi cet appellation il est fait que du beurre pure du sucre en poudre et du miel on trouve aussi au dessus des dragées des œufs, du raisins secs, avec de la viande du mouton, qui est servi a part
D’autres par contre on trouve la soupe a légumes épicée qui est servi avec le couscous vous avez le choix, c’est juste la composition de ce délicieux couscous qui est servit en pleine air et dans les tentes , nous avons les chioukhs( les sages ) ceux qui préside et son a l’honneur de ce grand ta3M c’est les premiers servit, une belle gass3a (une grande jarre)de couscous sort de la maison avec des youyous de femme, et des chants religieux du prophète saws, pour la transporter il faut 04 ou 05 personnes entourée avec un grand tapis et un drap blanc.
Apparemment c'est 20a 30 familles font chaque année ses traditions de fête pour le ouali et qui préparent le couscous ainsi de la viande aux invités.et du lait caillées et des dattes et du raisins acheter au marché.
Des gens désignés de distribuer et organiser le manger pour tout le monde, 08 a 10 personnes autour du couscous , a chacun pris place pour la baraka, les gens sont très content, ont entend rien que les cuillères et la personne qui distribue la viande par petit morceau ,et fait couler du miel sur le couscous , et du sucre, des dragées de toutes les couleurs, l'odeur du couscous très délicieux, qui donne envie a tout manger,que les femmes mostaganemoise très expérimentée pour cette préparation, toujours une femme âgée prépare le couscous avec ses coéquipières c 'est une vielle tradition de faire appel a cette dernière, et c'est a l'honneur du ouali bouasria et pour la waada
le groupe du folklore , (tbal ouel ghaita) et el karabila, aussi ahl gassba, el bedoui, ouel guellal, aissaoua de l’autre coter,Nous avons aussi al meddah qui fait entourer les gens autour de lui, raconte des histoires anciennes des mdjahers de la ville de Mostaganem
Après le manger et le thé, les gens aillent regarder la grande fantasia c’est cavaliers qui représente leurs tribus un patrimoine historique, , baroud qui provient des fusils, a la main et tous en même temps, sont bien habillées avec leurs burnous blanc ou jaune,

Après le grand spectacle de fantasia, a partir de 16heurs, les gens retournent a la grande place du ouali, pour se reposer dans les tentes et a l’abri du soleil, par contre d’autres sont entrain de préparer pour la soirée, des orchestres de chaabi du bedoui, aissaoua avec leurs méthodes de feu et l’épée, une soirée très charger, les gens ne dort pas cet nuit, tout le village et en fête, même les klaxons de voitures qu’ont entend partout, les bus de transport eux aussi ne s’arrêtent pas,les femmes de l’autre coter avec leurs youyous sont voilée par un voile blanc,
Et un cache visage qu’ont appel « ADJARE) .
Les marchants ambilants de cacaouettes , des bonbons des halaouiettes , karantika, ce plat préféré des mostaganemois, kelb ellouz dite hrissa , des jouets pour enfants, tout ce qui est commercial, occupent le long de la route, et les gens qui font le marché dans cette grande fête religieuse et culturel,
Nous sommes a la fin de la fete les organisateurs commencent a faire démonter les tentes et le matériel électrique tout ce qui a été pour la préparation,
Cette fete religieuse qui se termine avec des youyous et aissaoua et karabila de la ville,
Et une rencontre annuel des familles qui se retrouvent dans un endroit a la zaouïa de sidi belkacem avec des prières au saint et au prophète saws, tandis que le khdim de bouasria donne des morceaux d’étoffes de baraka du ouali de sidi belkacem au gens qui sont présent
A leurs tours eux aussi donnent ( la ziara )un peu d’argent et allume une bougie a l’intérieur de la gouba comme baraka le dit la tradition de nos ancêtres que cette nuit sera une nuit de lumière et pour toute l’éternité et les gens de foi .





jeudi 1 novembre 2012

cheikh larbi bensari



Il existe de nombreuses recherches et études sur le chant traditionnel. Nous n'avons donc pas à nous étendre ici sur ses origines,son histoire, ses constructions. Ce genre, qu'on appelait sanaâ (oeuvre) en raison de la précision de ses règles et de sa construction, est appelé aussi el ala (instrument) pour le différencier des chants de la campagne qui n'utilisent aucun autre instrument de musique que les tambours et flûtes de roseau. Cette musique est tout ce qui reste des siècles d'or qu'a connu la civilisation musulmane en Andalousie. C'était alors la musique la plus évoluée du monde ; conservée par des gens qui s'y intéressaient, elle nous a été transmise de génération en génération. Malheureusement, sa pureté première a été altérée par l'influence des musiques spécifiques aux divers peuples que cet art a rencontrés. D'un autre côté la
musique classique traditionnelle en a pris diverses colorations et s'est assuré certaines acquisitions. Ainsi se sont formées en Algérie les différentes écoles qui marquent son évolution dans les régions de Constantine, d'Alger et de Tlemcen, sujet de notre article.
L'artiste le plus en vue de l'école de Tlemcen "gharnata" au début du siècle fut El Hadj LArbi BenSari né en 1857 dans une famille venue de la campagne, connue sous le nom de Ouled Ali BelHadj. Il commença son métier de musicien avec le cheikh Boudhalfa. A la mort de ce dernier, il le remplaça tout naturellement à la direction de l'orchestre et rivalisa avec les plus grands maîtres de l'époque, les Bakhchi, Baghdadi, Triki, Maqnin, Bendali Yahya et bien d'autres.
La musique et la poésie s'épanouissaient alors largement dans les milieux d'artisans qui formaient la masse de la population de Tlemcen. Le chant était apprécié de tous. Pourtant les familles interdisaient à leurs enfants de faire de la musique en professionnels, interdiction qui n'empêcha pas l'apparition de nombreux chanteurs et musiciens prêts à embrasser ces carrières. Ainsi les traditions de Tlemcen se
répandirent-elles dans toute la région ouest de l'Algérie et en particulier à Nedroma
qui accueillit favorablement la musique classique traditionnelle lui donnant un grand nombre de maîtres comme le cheikh Almargouni, l'aveugle.
Ce poète inspiré et musicien de talent écrivit de nombreuses qacidas appréciées encore de nos jours comme "Ya layemni fli'ati".
Le cheikh Rahal, son contemporain, écrivait lui aussi les poèmes qu'il chantait. Après eux viendra le cheikh Kaddour BenAchour El-Idrissi qui laissera un immense recueil de poèmes jamais édité ; sa qacida la plus célèbre est "Ouelfi meriem". A notre époque, la ville de Nedroma connaît un grand nombre d'artistes, chanteurs et poètes de grande valeur ; parmi les plus connus citons le Cheikh Mohamed Ghafour.
A l'est de Tlemcen, la tradition "gharnata" fut conservée par Mostaganem. Cette ville a également connu des célébrités en grand nombre. Au début du siècle, l'école gharnata fut dominée par les cheikhs Ben Dadda, Mohamed Bensaadoune, Hmida BenKedadra, et le chanteur Si-Hmida Snoussi.
C'est à la génération suivante qu'appartient le cheikh Abdelkader Bentobji qui a composé la musique de la célèbre qacida "Elmersoul" (Ah ya ouelfi effi ou qasri ettihan) du cheikh Belkacem ould Saïd Eldjennadi. Né près d'Azazga en Kabylie, celui-ci quitta son village très jeune pour Alger où il apprit la musique auprès du cheikh Ben Ali Sfindja. Plus tard il s'installa à Mostaganem où il résida jusqu'à sa mort (1954). Il
formera de nombreux élèves qui deviendront les maîtres de l'époque actuelle tels les cheikhs Mohamed Ben Hmidech, Lazoughli, Kaddour Ben Slimane, Hadj ElGhali Ould ElBey, Ali BenKoulla.
L'école de Tlemcen a eu une grande influence sur l'évolution culturelle de l'Algérie. Elle a joué un grand rôle dans la promotion du patrimoine musical algérien par la création de nombreux cercles et associations qui assurent l'enseignement et la conservation de la musique classique algérienne.
Le cheikh Elarbi BenSari a veillé lui aussi sur la pureté de cette musique, sa couleur traditionnelle et son authenticité. Il fut le premier à l'enregistrer sur disque. En 1932, il représenta l'Algérie au Congrès du Caire où il fit entendre les œuvres de l'école de Tlemcen, inspirées, dit-on, de la musique arabe de Grenade (d'où son nom de gharnata). Son fils Rodwane l'accompagnait ainsi qu'une troupe assez importante regroupant les meilleurs musiciens de l'époque. Depuis longtemps Rodwane assistait son père dans toutes les séances d'enregistrement ; c'est là qu'il avait été remarqué dès 1929 par le directeur artistique de la Gramophone qui l'avait encouragé à enregistrer ses propres interprétations.
Dès la parution des disques, ce jeune homme totalement inconnu devint un chanteur célèbre, aussitôt adopté par le public qui admirait sa voix et son interprétation originale. Sa carrière se poursuivit avec le même succès jusqu'en 1954, date à laquelle il cessa de chanter pour des raisons personnelles. Il vécut dès lors au Maroc où, disait-on, l'on entendait sa voix de temps à autre, dans l'appel à la prière qu'il lançait en qualité de muezzin.
De nos jours plusieurs artistes de Tlemcen connaissent la célébrité tant est grande l'activité musicale dans cette ville. Citons les cheikhs Briksi, Saqqal, Bachir Zerrouki, Mahmoud BenSari un autre fils du cheikh Elarbi, Boumédiène BenqBil, Abdelghani Malti et Boumédiène BenZineb qui ont tous consacré leur vie au service de cette musique et de son dérivé le hawzi.

dimanche 14 octobre 2012

mazagran que nous aimons


d'aprés BELKACEM BELHADJCHIKH
je vous parle de mon petit village (mazagran) mezeghrene ou bien (elma sgheren ) en berbere tamasghrene son appelation reviens a houara premiere appelation par sa decouverte ca veut dire l'eau douce jaillit partout , aprés la bataille de 1840 de emir abdelkader qui s'est derouler entre les troupes musulmans et 123 zouaves, elle a été officialiser en 1846 et a été commémorer par la construction de la colonne un grand monument et une statut marie, que nous en cet epoque ont l'appeler lella meryama , je me rappel moi meme le jour ou a été casser par la grande foudre c'etait en hiver, mazagran juste a coter de mostaganem ,par sidi belkacem le saint patron de la ville de mezeghrene un coin tranquille, en haut d'une colline, une vu tres agreable face a la mer ,extraordinaire, en mediterranée, au coucher du soleil, un horizon de couleur du coucher du soleil , les jardins trés florissants qu' ont les appeles el bassatines
donnent tant de parfum en passant par les petits chemins des jardiniers,qui traversent les jardins avec des petits carrées de legumes, et sillons des haricots verts , des poivrons , ont trouvent aussi sur notre chemin, des buches d"abeilles avec un excellent élevage de certains jardiniers du village font du vrai miel (a3ssel chahda;) a3ssal nahla
des orangers ,des citronniers,les figues de barbaries, les figues (cou de pigeon) onke al hmame il est trés b
orange sucree (mlakma)grefee que nous grefons un arbre avec d'autres fruits,les courgettes, les kabouya rouge(poitiron) pour l'hiver, comme la plupart des gens du village sont des proprietaires de leurs jardins,
c'est leurs activités principale toutes l"année toute une vie ou ils embauches d'autres travailleurs journaliers pour la recoltes des carottes ou des tomates en saison, sutout l'été
mazagran est tres connu de son agriculture depuis des siecles , notamment le cotton ,la laine, feuilles de fleurs pour le parfum,peau cuir; en periode de nos ancetres c'etait la ville qui fourni du cotton et du cuir pour les exportation a l'etranger par le port de mostaganem moristaga

les puits d'eaux sont déborder en hiver vu la quantité des eaux qu'ils contiennent a cause des nappes sous terraines, l'eau commence a couler sans etre inquieter par la baraka d'allah sobhanou, des sources d'eaux qui ne s'arretent jamais ,avec une eau tres douce bien fraiche citons parmis ses sources ; lala a3zouna, a3ouina a coter de la veille mosqué , ain boukhnoune a coter des oliviers , ain hmiane a coter de la poste , l'abrevoir de la place , (oui3net belhadj )route d'oran c'est la source de mes ancetres , charchara vers la ville de mostaganem

a l'interieur du village des ruines tres anciennes qui dates des anciennes legendes ,des batis avec de la terre rouge,parfois melangée de la chaud et de la paille, pour tenir de la chaleur en hiver et la fraicheur en été , des rues anciennes avec des petits chemins, la route national de hassi maméche qui traverse le village du passage vers d'autres villes
le chemin des cretes, la route des sablettes, lala kheira,route des jardins,
et beaucoups de petits chemins, l'ecole de garcon , ou nous avons commencer avec des classes de 43 eleves , filles et garcons mixtes, des enseignants tres sévéres .c'etait une epoque
certains éléves ne s'interessent jamais a l'ecole d'autres ,non au contraire font le maximum pour passer a une classe superieure,par contre d'autres eleves ont reussie dans leurs études et sont devenus ingenieurs, des enseignants, dans l'administration, a la culture, des universitaires, comme des filles et garcons, aprés un long parcour d'etude , ces le mérite de chacun et nul ne save ce que devient demain a chacun son destin (oua allah houa ouali bel oumour)
et nous sommes fiers de voir un de notre ville a reussi afin de donner une image a son village et son pays.

nous etions jeunes, nous organisons la coupe des quartiers, en football, la coupe est acheter par divers personnes et en plus les boissons et les gateaux, dans chaque match, la meilleur equipe gagne et remporte la coupe dans son quartier, les equipes sont : place, zitoune, kristel,kbourat,oui3na,
brarek, ses equipes font tous leurs possible pour gagner,si je me rappel bien les plus forts c'etait zitoune ,et la place ,des équipes trés fortes qu'ils avaient des bons joueurs et des jeunes vraiment sportifs en cet epoque.

nous voila a la saison des vendanges , ou les gens de un peu partout viennent travailler chez les vigneront et les propriétaire des jardins, pour la recolte des tomates ou salade ou carottes, et du raisins noir ou blanc.

des engins tracteurs tirent des remorques pleines de raisins noir ou blanc, en passant par la route national afin d'aller vider le chargement de raisin a la cave, pour la tranformation des vins et du vinaigre , toujour derriere la remorque nous avons une personnes qui surveille et empéche les enfants de s'accrocher afin de lui piquer et de lui prendre du raisins avec un long roseau et un crochet au bout.


le patrimoine culturel de mazagran existe toujour par son grand monument de 1840 la colonne
et par son ancienne mosqué qui été avant une egilse
ou ont trouvent aussi la veille mosque de kristel (a3ouina )qui date avant les temps de merinide 1600jc
la garnison des zouaves ou c'est passer la 2em bataille de mazagran de 1840 juste a coter du ouali sidi belkacem en haut,des traces des mures jusqu'a present des ruines tres anciennes

la bataille de sidi lakhdar ben khlouf allah yerhmou, contre les espagnoles qui ont voulu prendre la ville de mostaganem avec un grand bouclier des armées de sidi lakhdar une strategie de guerre, avec le pacha hacene,sultan d'alger c'etait la grande victoire des musulmans en cet epoque en aout 1558jc

le saint patron sidi belkacem a promis aux gens de hmiane qu'il vient un homme aprés moi mais je ne sait vous le dire je sais pas combien de temps ,dans un siecle ou deux, il va prendre la banniere verte de sidi belkacem (sendjek) avec vos enfants de partout du dahra, pour la cause d'allah sobhanou.contre l'invasion espagnoles.

cet terre est musulmane et reste musulmane cet terre des chorfas des mrabtines des elus d'allah, juqu'au jour dernier.d'apres ses paroles

jusqu'a nos jours les gens viennent de tous les coins pour passer chez ouali sidi belkacem bouasria la ziara

les mariées aussi, la grande fete de sidi belkacem le (taa3m kbir ) une grande fete qui reuni l'ensemble des ouled cheikh bouasria et ouled sidi maazouz et medjaher ,hmiane, et toute la region ,a mazagran pour une rencontre annuel comme la plupart des fetes .

comme a sidi mansour sidi charef sidi bendhiba .........

culture
groupe de aissaoua : el hadj bouasria -et adjel ammouri- mansour hachmi
groupe folklorique: nous avons en cet epoque mohamed fettouch, abdelkader benchemlloul- et kacimo bousmat
groupe karabila : belkacem boudria allah terhmou et mansour hachemi
groupe chaabi : mostapha bensalah - aek bousmat- aek bendaameche -boudria mohamed- belkacem belhadj cheikh- mohamed bensalah
groupe : moghrebi: khellil belkacem- harrag benmssahel-
groupe nass al ghiwane: mohamed guelmassi- ghali bouazza - laaredj bensmaine- sid ahmed benabdellah - touati benyoucef
groupe theatre: guarmi bensabeur-cheikh abderahmene -ghali krazini- nelkacem benabdellah- mansour benidriss-
UNJA: secretaire general belkacem belhadj cheikh 1986-1992
avec boudria abderahmene et mansour meghrouzi
sma section kechafa islamiya:mansour benidriss - adjel ammouri-

sport
WRBM club de foot
petanque
hand ball .........

,
pour terminer voila mazagran d'aujourdhui avec ses infrastructure et ses routes nouvelles , des habitations , des grands projets ont etaient faits par la commune de
mazagran que nous aimons tous et toutes .